• LE TEMOIGNAGE D'ADAM HOLUBAR

    Adam Holubar habite à Omaha (Nebraska, USA). Il est revenu à la foi catholique en regardant la retransmission de l'apparition de Marija Pavlovic-Lunetti et Ivan Dragicevic du 23 septembre 2010, sur Mary-TV (en direct de la cathédrale de Vienne, en Autriche). Le récit de sa conversion est très connu aux Etats-Unis (traduit par mes soins à partir de l'anglais).
          
        
    Note de Christine Watkins
    C'est l'auteur américain Christine Watkins qui a fait connaître ce témoignage en le publiant sur son site Internet en 2012. Voir ici >>
        

    J'ai entendu beaucoup d'histoires magnifiques racontant que Marie s'était approchée de certaines personnes et qu'elle les avait aidées à sortir des ténèbres en un instant, et ce en les étreignant avec un amour incroyable.
    La conversion suivante est peut-être la plus rapide dont j'ai jamais entendu parler. Elle s'est passée par Internet.
         
        
    LE TEMOIGNAGE D'ADAM HOLUBAR
        
        
    1-Un coup de fil avant de partir au gymnase
         
    J'ai vite descendu les escaliers et je me suis mis à chercher mes chaussures de sport car, la veille au soir, je ne les avais pas rangées au bon endroit.
    Je n'avais plus que cinq minutes avant d'aller rejoindre des amis au gymnase, pour la séance d'entraînement du jeudi soir. Oui, j'étais en retard une fois encore.
         
    A ce moment précis, mon téléphone a sonné. C'était ma mère. "Est-ce que tu as la possibilité de regarder l'apparition d'Ivan et Marija ?", m'a-t-elle demandé. Je lui ai répondu : "Non, maman, je suis déjà en retard. Mais je la regarderai quand je rentrerai".
         
    Tout à coup, alors que j'étais en train de lacer mes chaussures, je me suis arrêté. C'est comme si quelque chose m'avait poussé à regarder la retransmission de l'apparition des voyants de Medjugorje. Et comme je me sentais coupable de m'être montré réticent en parlant avec ma mère, je n'ai pas résisté. C'était le soir du 23 septembre 2010. Ma vie allait être complètement bouleversée.
     
        
    2-Les années de jeunesse
        
    Etant petit, je suis allé à l'école Sainte Bernadette, une école catholique. Bien que les frais de scolarité étaient très élevés, les sacrifices que mes parents ont fait en ont valu la peine car, avec mes frères et sœurs, nous avons reçu une éducation catholique. Ces sacrifices ont aussi permis que quelque chose de très important soit déposé en moi, quelque chose que j'allais redécouvrir par la suite, dans ma vie.
         
    A l'école primaire, nous allions à la Messe une fois par semaine, en plus du dimanche. Mais quand je suis entré au collège, j'ai décidé d'aller dans un établissement public car je voulais faire du sport, et je ne suis plus allé à la Messe que le dimanche. Pour être tout à fait honnête, la seule raison pour laquelle j'y allais était que mes parents nous forçaient, moi et mon frère jumeau. Si j'avais eu la possibilité de choisir, je serais resté au lit jusqu'à midi.
         
    A cette époque, la vie se déroulait comme prévu. J'ai réussi mes examens au lycée et je suis entré à l'université. J'aimais beaucoup l'université : les nouveaux amis, le nouvel environnement, la vie sans les parents... Toutefois, j'ai utilisé cette liberté pour faire un choix : j'ai décidé de ne plus aller à la Messe. A cette époque, j'avais pris de la distance par rapport à Dieu et à l'Eglise catholique.
         
    Puis, j'ai trouvé un travail de gardien dans une discothèque de la ville. Et là, j'ai commencé à suivre un mauvais chemin. Je rentrais souvent chez moi avec une fille que j'avais rencontrée à mon travail. Plusieurs fois, même, j'ai terminé mes nuits dans des clubs de strip-tease. Et comme, en plus de cela, je participais chaque week-end à des fêtes qui finissaient à point d'heure, je n'allais jamais me coucher avant le lever du soleil. Je rentrais chez moi ivre.
        
    En passant devant l'église, le matin, j'observais les familles qui arrivaient à la Messe du dimanche. Le démon m'avait entraîné là où il voulait, et je mettais de l'huile sur le feu. Ma vie a continué comme ça pendant quelques années.

        
    3-Un témoignage et un livre
         
    Un soir, ma mère m'a proposé d'aller écouter un témoignage en paroisse. Un homme qui revenait d'un pèlerinage à Medjugorje devait raconter ce qu'il avait vécu dans ce petit village de Bosnie Herzégovine. J'y suis allé en traînant un peu les pieds, mais je voulais faire plaisir à ma mère.
         
    Ce soir-là, j'ai écouté cet homme parler de cet endroit où six voyants faisaient l'expérience d'apparitions de notre Sainte Mère. Je ne savais rien sur Medjugorje et, pour être tout à fait honnête, cela ne m'intéressait pas et je ne prêtais pas vraiment attention à ce qu'il disait. Je n'avais qu'une seule envie : partir.
         
    Puis le temps a passé, et le mois de septembre 2010 est arrivé. Ma mère m'avait offert un livre qui m'avait fait forte impression. Il était intitulé : "La Reine du Cosmos - interviews des voyants de Medjugorje" (de Janice Connell).
    J'avais emporté ce livre sur mon lieu de mon travail. Il était resté sur mon bureau pendant plusieurs semaines et il était plein de poussière.
    Un jour, alors que j'étais assis et que j'avais une heure ou deux devant moi, j'ai fait quelque chose qui allait me marquer à tout jamais au plus profond de mon âme : j'ai ouvert le livre et j'ai commencé à le lire.
         
    Dans ce livre, les voyants expliquaient comment était la Vierge Marie. Je n'avais jamais entendu une description pareille. Ils disaient que sa beauté était au-delà de ce que l'on pouvait imaginer.
    En poursuivant la lecture, j'ai commencé à tomber complètement amoureux de la personne qu'ils décrivaient. J'ai lu le livre en seulement deux jours. Et après, je ne savais rien mais j'avais tout compris : cette femme jeune, pure, pleine d'amour et de vie, était ma Mère et j'étais son fils.
    C'est alors que j'ai commencé à me passionner pour les apparitions de Notre Dame de Medjugorje, et c'est là qu'a commencé ce que j'appelle ma conversion miraculeuse par son intercession.
        
    4-L'apparition du 23 septembre 2010
         
    Une semaine après avoir terminé le livre "La Reine du cosmos", ma mère m'a appris qu'une apparition devait être retransmise en direct dans le monde entier sur Internet. Elle m'a dit aussi que, d'après le voyant Ivan, des grâces spéciales seraient accordées à tous ceux qui suivraient cette retransmission, où qu'ils soient dans le monde.
    Bien que je n'avais pas vraiment envie de regarder l'apparition, j'étais très excité à l'idée de voir les voyants Ivan et Marija communiquer avec la Mère de Dieu.
         
    C'était le 23 septembre 2010, à la cathédrale Saint Etienne, à Vienne.
    Tandis que j'étais assis pour regarder la retransmission en direct, j'ai senti qu'une personne m'entourait de sa présence, comme si elle était entrée dans la chambre.
    J'ai vite levé les yeux, m'attendant à voir quelqu'un, mais je n'ai vu personne. Et pourtant, cette présence devenait de plus en plus intense.
    Je vous dirais que c'était comme si quelqu'un se trouvait là, devant vous, avec son visage à quelques centimètres du vôtre, mais que vous ne pouviez rien voir.
         
    A ce moment-là, j'ai senti un amour qui ne venait pas de ce monde, un amour plus pur que tout ce que j'avais pu connaître. Et j'étais tellement imprégné de l'amour qui irradiait de cette personne qui se trouvait dans la chambre avec moi que j'ai commencé à pleurer. Je ne pouvais pas comprendre cet amour qui m'étais donné, mais je pouvais le sentir qui irradiait de moi. C'était comme quand quelqu'un a une forte fièvre et qu'il peut sentir physiquement la chaleur qui sort de son corps.
         
    Et je savais exactement qui était dans la chambre avec moi. J'ai crié : "Marie ! Marie ! Marie !" tout en pleurant de manière incontrôlable. Mon cœur se dilatait, il était comme un feu. "Marie !" ai-je crié. "Marie, je t'aime !", "Je t'aime, Marie !"
         
    Cet amour est devenu tellement intense que j'ai mis ma tête dans mes mains tout en continuant à pleurer. J'ai crié : "Mais qu'est-ce qui m'arrive ?", "Mais qu'est-ce qui se passe ?" Et je pleurais. "Marie ! Marie ! Marie !" disais-je entre deux sanglots.
    Puis, incapable de m'arrêter, j'ai fini par crier : "Montre-toi ! Fais que je te vois, Marie !", "Marie, s'il te plait, je sais que tu es là. S'il te plait, fais que je te vois de mes yeux !"
         
    Ce soir du 23 septembre 2010, j'avais 24 ans. J'étais encore très jeune et j'avais toute la vie devant moi. Pourtant, après avoir ressenti l'amour de Marie, j'étais prêt à mourir. Je ne l'ai pas vue de mes yeux, mais je l'ai ressentie de tout mon être. Et sachant que rien ni personne sur cette terre ne pourrait jamais me donner un amour pareil, j'étais prêt à quitter ce monde pour aller rejoindre notre Mère.
    Cet amour était tellement indescriptible qu'à un moment donné, j'ai même crié : "Marie, je suis prêt à partir. Mère, si tu le veux, prends-moi avec toi. Je suis prêt".
    Et je le pensais du plus profond de mon âme.
        
    5-Le repentir
         
    Ayant été élevé dans la religion catholique, j'avais reçu le sacrement de la confession à de nombreuses reprises. Mais j'avais confessé mes péchés non pas parce que j'étais triste de les avoir commis, mais parce que j'avais peur de l'enfer.
        
    Et tandis que j'étais là, assis, me demandant si mes larmes allaient finir par s'arrêter, je réalisais que, pour la première fois de ma vie, je regrettais sincèrement tout le mal que j'avais fait. Ce que je veux dire par là, c'est que je le regrettais vraiment du plus profond de mon cœur.
        
    J'ai fini par relever la tête et, tandis que les larmes coulaient sur mes joues, je me suis tourné vers Dieu et, pour la première fois, je lui ai dit : "Je te demande pardon ! Je te demande pardon !" Et c'était vraiment sincère.
         
    6-Donner son oui à Dieu
        
    Après cette conversion miraculeuse, j'ai fait l'une des choses les plus folles de toute ma vie : j'ai donné mon oui à Dieu; je lui ai permis de diriger complètement ma vie. J'ai estimé en effet que j'avais fait suffisamment de mal comme ça; et en lui demandant de prendre ma vie en main, je ne pouvais pas me tromper.
         
    Depuis que j'ai donné mon oui à Dieu et à Marie, j'ai reçu beaucoup de grâces. Six mois après ma conversion, ma mère et moi avons pris l'avion pour Sacramento, en Californie, pour aller assister à une grande rencontre Medjugorje.
    Quelle ne fut pas notre surprise de voir que la voyante Marija était présente elle aussi. Si vous vous rappelez bien, Marija était l'une des deux personnes qui avaient eu l'apparition, à la cathédrale Saint Etienne, à Vienne.
    Au cours de la rencontre, j'ai pu rencontrer Marija et elle m'a salué chaleureusement. Ca a été un cadeau incroyable de Dieu et de notre sainte Mère !
         
    7-Un nouvel amour
        
    Ma vie n'est plus la même depuis ce fameux soir du 23 septembre 2010. J'ai pris les messages de la Sainte Vierge très à cœur : le jeûne, la prière du Rosaire, les sacrements... j'ai également rejoint un groupe biblique.
    Ce qui est amusant, c'est que j'ai toujours été extrêmement proche de ma mère en grandissant. Et quand Dieu a vu que je m'éloignais de Lui, Il a su exactement ce qu'il fallait faire : Il a envoyé sa Mère pour me ramener à Lui.
         
    Il n'y a pas un seul jour ni une seule heure où je ne pense pas à Marie. Je l'aime tellement, et je suis tellement heureux de l'avoir pour Mère.
    Récemment, j'ai entendu une personne qui citait une phrase magnifique d'un auteur et j'ai fait le rapprochement avec moi. Cette personne disait : "Quand le temps sera venu, quand je mourrai et que je quitterai ce monde pour paraître devant Jésus, aux portes du Ciel, Jésus me regardera et il me dira : Oh oui, ma Mère m'a beaucoup parlé de toi".
         
    Je suis tellement reconnaissant à la Sainte Vierge pour son intercession. Elle m'a sauvé la vie, elle a guéri mon âme et m'a rapproché de son Fils. Je ne peux m'empêcher de ressentir une grande excitation en me demandant où ce nouvel amour va me conduire maintenant.