• LES DEUX PRINCIPALES SOURCES DE CONFLIT ENTRE LES PAPES ET LES SOUVERAINS DU MOYEN-AGE (supplément 5A)

    S'il vous est déjà arrivé de recevoir des lettres du Vatican, vous avez sûrement constaté qu'il y avait deux "clefs" sur le blason du Saint Siège : l'une représente le pouvoir spirituel du Pape, l'autre son pouvoir temporel.
        
    Ces deux pouvoirs sont à l'origine de deux conflits extrêmement rudes entre Rome et les souverains : "la querelle des investitures" et "la question des états de l'Eglise".
    Nous pouvons noter au passage que ces deux conflits ont été particulièrement durs avec les empereurs de l'Empire germanique.
    En effet, ces derniers étaient au Moyen-Age les plus puissants souverains d'Europe (ils avaient hérité du plus gros "morceau" de l'Empire de Charlemagne, après la division de ses héritiers, au traité de Verdun en 843. Une bonne partie de l'Italie en faisait partie).
    Ces conflits constituent ce que l'on appelle : "la querelle du sacerdoce et de l'Empire".
        
    A-Le problème concernant le pouvoir spirituel du Pape : "la querelle des investitures"
    Dans le chapitre consacré à la réforme grégorienne, nous avons longuement parlé de "la querelle des investitures". Nous n'y reviendrons donc pas. Ajoutons simplement deux choses :
    -ce sont les papes qui ont gagné (puisque le Concile de Latran IV, avec Innocent III, a réaffirmé que le pouvoir venait de Dieu et qu'il devait être exercé par ceux qui ont reçu l'investiture).
    -cette victoire du Vatican (ainsi que la résistance des communes italiennes à l'Empire) a porté un sérieux coup à l 'Empire germanique, et ce dernier, perdant de sa superbe, s'est désagrégé à partir du XIVe siècle.
    Il s'est alors morcelé en plusieurs états de moindre importance.
        
    B-Le problème concernant le pouvoir temporel du Pape : "la question des états de l'Eglise"
    On dit que Constantin (l'Empereur romain qui a mis fin aux persécutions au IVe siècle) "aurait" donné l'Italie au pape Saint Sylvestre 1er (314-337).
    C'est ce que l'on appelle "la donation de Constantin".
    En tant qu'évêques de Rome, les papes successifs ont donc établi leur autorité sur cette ville, puis sur les terres avoisinantes (certaines leur ont été léguées, d'autres ont été conquises, pour d'autres, ce sont les gens qui ont voulu se mettre sous la protection papale).
    En 1815, les états de l'Eglise correspondent à un bon quart central de l'Italie (ce qui est très important).
    En 1860, il ne reste plus que Rome, et, en 1870, Rome capitule (l'Italie achève alors son unité).
    Ce n'est que le 11 février 1929 que naît l'état du Vatican (44 hectares et environ 500 habitants aujourd'hui), après l'accord de Latran conclu entre le gouvernement italien et le Saint Siège.
        
    Il est intéressant de savoir tout cela car ces problèmes sont fréquemment revenus au fil des siècles.
    Nous le verrons d'ailleurs dans les prochains chapitres !