• VISIONS DE MARIA VALTORTA : LA DESCENTE DE L'ESPRIT SAINT SUR MARIE ET LES APOTRES A LA PENTECOTE

    A-L'EVANGILE TEL QU'IL M'A ETE REVELE (de Maria Valtorta)
        
    Voici ce que l'on peut découvrir concernant l'épisode de la Pentecôte dans le livre "L'Evangile tel qu'il m'a été révélé", de Maria Valtorta (tome 10, chapitre 25). Les passages écrits entre guillemets sont des citations exactes.
        
    1-Cet épisode se passe tandis que Marie et les apôtres se trouvent tous réunis au Cénacle, là même où Jésus avait institué l'eucharistie avant sa Passion.
        
    2-Marie se tient au centre de la table à laquelle sont assis les douze, à la place où son Fils se tenait pendant la cène. Pierre est à droite et Jean à gauche.
        
    3-Au moment de la vision, Maria Valtorta nous dit que la Sainte Vierge est vêtue de bleu foncé. C'est elle qui, d'une certaine façon, anime le "groupe de prière" que forme les apôtres. Elle lit des paroles écrites sur un rouleau qu'elle tient déplié (sûrement des passages de la Bible). Les autres l'écoutent en silence, en méditant. Sa voix est tellement angélique et son visage est si beau que Pierre verse des larmes d'émotion. Les apôtres imitent toutes ses attitudes (notamment quand elle prie).
        
    4-Juste après que Marie ait terminé la lecture, un bruit se fait entendre. Voici ce que nous dit exactement Maria Valtorta : "Un grondement très puissant et harmonieux, qui rappelle le vent et la harpe, et aussi le chant d'un homme et le son d'un orgue parfait, résonne à l'improviste dans le silence du matin. Il se rapproche, toujours plus harmonieux et plus puissant, et emplit la terre de ses vibrations, il les propage et les imprime à la maison, aux murs, au mobilier. La flamme du lampadaire, jusqu'alors immobile dans la paix de la pièce close, palpite comme investie par un vent, et les chaînettes de la lampe tintent en vibrant sous l'onde du son surnaturel qui les investit".
        
    5-En sentant que ce bruit se rapproche, les apôtres ont peur. Ils sont prêts à s'enfuir. Certains se frappent la poitrine pour demander pardon à Dieu. D'autres se serrent contre Marie. Seul Jean n'est pas effrayé car il voit "la paix lumineuse de joie qui s'accentue" sur le visage de la Vierge.
        
    6-L'arrivée de l'Esprit Saint se passe de la manière suivante : une lumière, un feu, "entre avec un dernier bruit mélodieux sous la forme d'un globe très brillant et ardent dans la pièce close, sans remuer les portes et les fenêtres". Ce globe plane un instant au-dessus de la tête de Marie. La Vierge lève alors les bras et jette sa tête en arrière avec un cri de joie (cela fait tomber son voile). Puis, le globe se partage en 13 flammes "mélodieuses et très brillantes, d'une lumière qu'aucune comparaison terrestre ne peut décrire et descend pour baiser le front de chaque apôtre". La flamme qui descend sur Marie n'est pas une flamme dressée sur son front, comme pour les autres apôtres, mais elle devient une couronne qui entoure sa tête.
        
    7-Le feu reste ainsi un certain temps (Maria Valtorta ne précise pas la durée mais on peut penser que c'est seulement quelques minutes), et il se dissipe. "De sa descente il reste comme souvenir un parfum qu'aucune fleur terrestre ne peut dégager… le parfum du Paradis". Marie demeure alors en extase, les mains croisées sur sa poitrine, les yeux et la tête baissés. Elle semble tellement proche de Dieu qu'on a l'impression qu'elle est "insensible à tout". Les apôtres, quant à eux, n'osent pas la déranger. Ils ressentent surtout un besoin très fort d'aller évangéliser les gens et ils sortent de la pièce "comme s'ils étaient poussés ou attirés par un vent ou par une force irrésistible". - Voilà les principaux points que l'on peut relever en lisant ce court chapitre consacré à la descente de l'Esprit Saint, dans "L'Evangile tel qu'il m'a été révélé" de Maria Valtorta.
        
    B-DEUX EXTRAITS DE DEUX AUTRES LIVRES (cités par Matthieu Boucart sur le site Totus-Tuus)
        
    1-Jean Lafrance : "Le chapelet, un chemin vers la prière incessante" (Médiaspaul)
    "La présence de Marie dans le cœur de celui qui prie le chapelet attire en lui la prière de l’Esprit Saint, comme un four solaire attire les rayons du soleil et obtient une température de plusieurs centaines de degrés. C’est ce qui s’est passé au Cénacle, quand Marie a joint sa supplication à celle des disciples, devenant ainsi le modèle de l’Eglise en prière : l’Esprit a mis le feu à l’Eglise et au monde en les portant au plus haut degré d’incandescence".
        
    2-Marie-Dominique Molinié : "Le courage d’avoir peur" (Cerf)
    "C’est pourquoi [la présence de Marie] était indispensable à la Pentecôte. Vous savez qu’aujourd’hui on fabrique des fours solaires : ce sont des miroirs paraboliques concentrant les rayons du soleil sur un foyer où l’on obtient facilement trois mille degrés. Eh bien, au moment de la Pentecôte, Marie était ce miroir parabolique. Marie n'est pas le soleil, mais elle attirait les rayons du Soleil par sa confiance".