• "ECHOS DES PAROISSES" (ARCHIVES 2)

    Homélie
    Le témoignage de Laurent Gay (09/02/18)
    Aujourd'hui, au monastère des Cl
    arisses, dans son homélie, un prêtre a dit qu'il était allé écouter le témoignage de Laurent Gay, il y a quelque temps. Laurent Gay est l'auteur du best-seller : "Arraché à l'Enfer, la résurrection d'un toxico" (aux éditions des Béatitudes, 2007).
    Une chose a marqué ce prêtre dans ce témoignage : Laurent Gay a dit qu'il avait été baptisé, après sa naissance, mais que sa famille n'était pas pratiquante et que, par manque de repères au niveau religieux, il était tombé dans la drogue.
    D'où l'importance, a dit ce prêtre, de la pratique religieuse. Le baptême ne suffit pas, à lui seul, à nous protéger de tout. Il faut que l'homme fasse sa part, lui aussi, et ce en priant et en se convertissant.
        
    Homélie
    On serait tenté de dire que l'essentiel est fait... (09/01/18)
    Récemment, l'évêque de mon diocèse est venu célébrer la Messe au monastère des Clarisses. Dans son homélie, il a dit une chose très simple mais tellement vraie : "Nous venons de fêter Noël. Dieu s'est fait homme. On serait tenté de dire que l'essentiel est fait... mais il reste quand même une question extrêmement importante : nos cœurs sont-ils ouverts pour l'accueillir ?"
        
    Homélie
    Dieu nous rejoint dans l'instant présent (09/12/17)
    Un évêque était de passage au monastère des Clarisses, ce matin. Dans son homélie, il a dit une chose très intéressante concernant l'aide de Dieu.
    Il a dit que Dieu nous rejoignait toujours dans l'instant présent. C'est au moment où une difficulté survient qu'Il nous accorde la grâce dont nous avons besoin pour la surmonter. Pour cette raison, a-t-il ajouté, nous ne devons jamais nous inquiéter à l'avance. S'inquiéter à l'avance, c'est voir une difficulté sans la grâce - puisque cette grâce nous sera donnée au moment où la difficulté se présentera.
        
    Idée
    Une idée pour que les fidèles puissent se former gratuitement (01/12/17)
    Récemment, le prêtre qui administre ma paroisse a eu une idée formidable. A la cure, il a installé une bibliothèque où toutes les personnes qui le souhaitent peuvent venir mettre les livres spirituels qu'elles possèdent chez elles (catéchisme, ouvrages de théologie, vie des saints...) et qu'elles ne lisent plus. Et chaque fidèle de la paroisse peut prendre gratuitement les livres qui l'intéressent et les emporter chez lui pour les lire.
    Cette idée est vraiment extraordinaire. Elles permet aux gens de se former gratuitement.
        
    Homélie
    Comparaison égale poison (23/08/17)
    Ce matin, mon évêque a fait une très belle homélie sur le passage de l'Evangile où Jésus nous parle des ouvriers qui ont été embauchés à des heures différentes mais qui ont tous reçu le même salaire à la fin de la journée (Matthieu 20, 1-16). Nous nous souvenons que les ouvriers qui avaient été embauchés les premiers pensaient recevoir un salaire plus important que les autres. Nous nous rappelons également qu'ils ont dit au maître : "Ceux-là, les derniers venus, n’ont fait qu’une heure, et tu les traites à l’égal de nous, qui avons enduré le poids du jour et la chaleur !"
    Dans son homélie, mon évêque a posé la question suivante : "Parmi tous les ouvriers, quels sont ceux qui ont le plus souffert ? Est-ce que c'est ceux qui ont enduré le poids du jour et la chaleur ou bien ceux qui ont été embauchés les derniers et qui ont passé pratiquement toute leur journée à se demander comment ils allaient faire pour nourrir leur famille ?" Puis, il a conclu en disant: "Il y a des choses que Dieu seul peut juger. Comparaison égale poison".
        
    Homélie
    Un filet qui ramène toutes sortes de poissons (04/08/17)
    Récemment, au monastère des Clarisses, un prêtre franciscain a commenté le passage de l'Evangile dans lequel il est dit : "Le royaume des Cieux est encore comparable à un filet que l'on jette dans la mer, et qui ramène toutes sortes de poissons. Quand il est plein, on le tire sur le rivage, on s'assied, on ramasse dans des paniers ce qui est bon, et on rejette ce qui ne vaut rien" (Matthieu 13, 47-48).
    Ce prêtre nous a dit ceci : "Ce n'est pas le poisson qui dit qu'il doit être accepté par le pêcheur et mis dans un panier. C'est le pêcheur qui, en REGARDANT le poisson, décide s'il faut le mettre dans un panier ou bien s'il faut le rejeter. Le pêcheur est juge, et non pas le poisson. Donc, si nous voulons être acceptés par Dieu, au jour du jugement, il est indispensable que Dieu puisse VOIR le bien en nous. Autrement dit, il est nécessaire qu'au cours de notre vie terrestre, notre foi se traduise en actes et qu'elle ne reste pas simplement des paroles".
        
    Homélie
    Une perle de grande valeur (30/07/17)
    Aujourd'hui, au monastère des Clarisses, un prêtre a commenté le passage de l'Evangile dans lequel Jésus nous dit que le Royaume des Cieux est comparable à une perle de grande valeur qu'un homme achète après avoir vendu tout ce qu'il possédait (Matthieu 13, 45-46).
    Il a dit notamment ceci : "Cette parabole peut être comprise de deux façons différentes. La perle peut représenter Jésus. L'acheteur, dans ce cas, c'est l'homme qui donne tout ce qu'il a pour le suivre. Mais la perle peut aussi représenter l'homme. Et l'acheteur, dans ce cas, c'est Jésus qui donne tout ce qu'il a - jusqu'à la dernière goutte de son sang - pour sauver l'homme".
        
    Homélie
    Moïse sauvé des eaux (18/07/17)
    Aujourd'hui, au monastère des Clarisses, dans son homélie, un prêtre a dit une chose très intéressante sur le passage de l'Ancien Testament où Moïse est mis dans une corbeille avant d'être recueilli par la fille de Pharaon (Exode 2, 1-15a) : "Avant de sauver son peuple, Moïse a d'abord été sauvé des eaux. De même, avant de nous sauver, Jésus a été sauvé d'Hérode".
        
    Action de grâce
    L'importance de l'action de grâce (15/05/17)
    Ce matin, au monastère des Clarisses, un prêtre a attiré notre attention sur le fait qu'il était très important de remercier Dieu pour toutes les bonnes choses qu'il nous accordait dans nos vies.
    En effet, il arrive assez souvent que nous ayons l'impression que les choses se passent "naturellement bien", pour nous, et nous oublions alors de remercier Dieu. Dans ces cas-là, a dit ce prêtre, nous ressemblons à ceux qui adorent les idoles car nous nous adorons nous-mêmes : nous pensons que les bienfaits viennent de nous-mêmes alors qu'ils viennent de Dieu.
        
    Esprit Saint
    Il faut passer des rames à la voile ! (24/04/17)
    Ce matin, à la Messe, l'évêque de mon diocèse a fait une très belle homélie sur l'Evangile du jour (Jean 3, 1-8). Il a notamment commenté ces paroles de Jésus au Pharisien Nicodème : "Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair; ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne sois pas étonné si je t’ai dit : il vous faut naître d’en haut. Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit".
    L'évêque a dit qu'il ne suffisait pas d'être croyant pour être vraiment chrétien. Ce qu'il faut, surtout, c'est grandir dans la foi. En effet, on n'a pas la foi comme on a le permis de conduire. Il nous faut avancer, progresser.
    En ce qui concerne les paroles de Jésus sur le vent, il a dit qu'elles étaient une invitation à se laisser guider par l'Esprit Saint et à ne pas chercher à tout faire par soi-même. Autrement dit, il faut passer des rames à la voile ! C'est beaucoup plus rapide !
        
    Humour
    Ses disciples sont venus de nuit et l'ont dérobé pendant que nous dormions (21/04/17)
    Récemment, sur son site Internet, le Père Dominique-Fabien Rimaz a noté une chose amusante :
    Après la résurrection de Jésus, des gardes qui étaient devant le tombeau sont allés informer les grands prêtres que le tombeau était vide. L'Evangile nous dit ceci (au sujet des grands prêtres) : Ceux-ci, après s'être assemblés avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une bonne somme d'argent, avec cette consigne : "Vous direz ceci : "Ses disciples sont venus de nuit et l'ont dérobé pendant que nous dormions". Et si l'affaire vient aux oreilles du gouverneur, c'est nous qui l'apaiseront, et nous ferons en sorte que vous ne soyez pas inquiétés" (Matthieu 28, 12-14).
    Ce passage est vraiment très amusant. En effet, peut-on réellement voir quelque chose et être au courant de ce qui se passe autour de soi... quand on dort ??
        
    Homélie
    Si je parviens à toucher seulement son vêtement... (31/01/17)
    Ce matin, au monastère des Clarisses, un prêtre a fait une très belle homélie sur le passage de l'Evangile qui raconte l'histoire de la femme qui avait des pertes de sang. Voici un extrait de ce passage : "Or, une femme, qui avait des pertes de sang depuis douze ans... - elle avait beaucoup souffert du traitement de nombreux médecins, et elle avait dépensé tous ses biens sans avoir la moindre amélioration; au contraire, son état avait plutôt empiré - ...cette femme donc, ayant appris ce qu’on disait de Jésus, vint par-derrière dans la foule et toucha son vêtement. Elle se disait en effet : "Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée". A l’instant, l’hémorragie s’arrêta, et elle ressentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal" (Marc 5, 25-29).
    Ce prêtre a dit que par notre baptême, nous étions devenu en quelque sorte ce "morceau du vêtement de Jésus". Pour beaucoup de gens, en effet, nous sommes l'unique lien entre Jésus et eux. C'est nous qu'ils voient, pas Jésus. C'est nous qu'ils touchent, pas Jésus. C'est nous qu'ils entendent, pas Jésus. Notre mission de baptisés est donc très grande.

        
    Homélie
    Le Seigneur soit avec vous ! (20/12/16)
    Ce matin, au monastère des Clarisses, un prêtre a attiré notre attention sur la phrase : "Le Seigneur soit avec vous". Cette phrase est dite au début de chaque Messe et elle revient à plusieurs reprises au cours de chaque Eucharistie.
    Ce prêtre nous a dit que ce souhait que le Seigneur soit avec nous était vraiment une réalité pour la Vierge Marie. En effet, au moment de l'Annonciation, l'ange lui même l'a saluée en lui disant : "Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi" (Luc 1, 28).
        
    Homélie
    Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles... (24/11/16)
    Ce matin, au monastère des Clarisses, un prêtre a fait une très belle homélie sur le passage de l'Evangile dans lequel Jésus parle de la fin du monde : "Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots. Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire." (Luc 21, 25-27).
    Ce prêtre a dit que pour que Jésus puisse venir régner dans nos coeurs, il fallait que certains repères stables disparaissent. C'est donc à nous de chercher quels sont les "faux soleils", les "fausses lunes" et les "fausses étoiles" qui sont en nous afin de purifier nos cœurs et de permettre à Jésus d'être le Roi à l'intérieur de nous.
        
    Homélie
    L'aveugle de Jéricho (16/11/16)
    Récemment, au monastère des Clarisses, un prêtre a fait une très belle homélie sur l'aveugle de Jéricho (Marc 10, 46-52). Voici un petit extrait du passage :
    Et tandis que Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une foule nombreuse, le fils de Timée, Bartimée, un aveugle qui mendiait, était assis au bord du chemin. Quand il entendit que c’était Jésus de Nazareth, il se mit à crier : "Fils de David, Jésus, prends pitié de moi !" Beaucoup de gens le rabrouaient pour le faire taire, mais il criait de plus belle : "Fils de David, prends pitié de moi!" (...)

    Le prêtre a dit qu'il était intéressant de noter, dans ce passage, que Bartimée était aveugle... mais que la foule était sourde, et ce parce qu'elle ne voulait pas l'entendre!
    En effet, l'Evangile nous dit : "Beaucoup de gens le rabrouaient pour le faire taire".
    Les handicaps des autres nous renvoient donc bien souvent à nos propres handicaps !
        
    Homélie
    Les renards et les poules (27/10/16)
    Ce matin, au monastère des Clarisses, un prêtre a fait une homélie absolument extraordinaire.
    Dans l'Evangile du jour (Luc 13, 31-35), des Pharisiens viennent avertir Jésus qu'Hérode veut le tuer et Jésus leur répond : "Allez dire à ce renard : voici que j’expulse les démons et je fais des guérisons aujourd’hui et demain, et, le troisième jour, j’arrive au terme. Mais il me faut continuer ma route aujourd’hui, demain et le jour suivant, car il ne convient pas qu’un prophète périsse en dehors de Jérusalem. Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n’avez pas voulu !"
    Il est intéressant de noter que, dans sa réponse, Jésus compare Hérode à un renard et qu'il se compare lui-même à une poule. Cette image est très parlante car nous savons bien que le renard cherche toujours à tuer et à manger les poules.
        
    Homélie
    La parabole du fils prodigue (11/09/16)
    Ce matin, au monastère des Clarisses, un prêtre a fait une très belle homélie sur la parabole du fils prodigue (Luc 11-32). Il a dit que les deux enfants avaient du mal à se sentir "fils".
    Le plus jeune, en effet, dit à son père : "Père, j'ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d'être appelé ton fils. Traite-moi comme l'un de tes ouvriers". Il se sent donc comme un "ouvrier".
    L'aîné, lui, dit à son Père : "Il y a tant d'années que je suis à ton service sans avoir jamais transgressé tes ordres". Il se sent donc lui aussi comme un "ouvrier".
    Ce prêtre nous a expliqué que nous devions tous apprendre à être des fils devant Dieu et à entrer dans une relation d'amour avec Lui.
        
    Homélie
    Quand quelqu'un t'invite à des noces, ne va pas t'installer à la première place (28/08/16)
    Aujourd'hui, à la Messe, nous avons lu le passage de l'Evangile où Jésus nous dit : "Quand quelqu'un t'invite à des noces, ne va pas t'installer à la première place" (Luc 14, 1. 7-14)
    Ce matin, au monastère des Clarisses, un prêtre a dit dans son homélie que nous avions toujours tendance à nous mettre à la première place, et ce pour que tout le monde puisse nous voir.
    Toutefois, a-t-il ajouté, il y a un endroit où nous allons et où nous n'aimons pas occuper les premières places. Cet endroit, ce sont nos églises. En effet, les premiers bancs sont toujours vides.
        
    Homélie
    L'invité qui n'avait pas revêtu l'habit de noce (20/08/16)
    Le jeudi 18 août 2016, à la Messe, nous avons lu le passage de l'Evangile où il est question d'un roi qui demande à ses serviteurs d'aller par les chemins et d'inviter à la noce tous ceux qu'ils trouveront (Matthieu 22, 1-14). Nous nous souvenons qu'à la fin de ce passage, le roi demande à ses serviteurs de jeter l'un des invités dans les ténèbres du dehors, et ce parce qu'il n'a pas l'habit de noce.
    Dans son homélie, un prêtre de ma paroisse a dit que lorsqu'ils invitaient des gens à un dîner de noce, les rois de l'époque fournissaient toujours aux invités un habit de noce. Aussi est-ce pour cette raison que le roi n'a pas apprécié que cet invité n'ait pas revêtu cet habit.
        
    Homélie
    Une très belle image de Dorothée de Gaza sur l'unité des hommes (25/05/16)
    Ce matin, à la Messe, un prêtre de ma paroisse a parlé de Dorothée de Gaza (un saint de l'église orthodoxe qui a vécu au 6e siècle).
    Il nous a dit que pour Dorothée de Gaza, la vie ressemblait à un cercle. Au centre de ce cercle, il y a Dieu. Il y a également des rayons qui partent du cercle et qui convergent tous vers le centre, un peu comme les rayons de la roue d'un vélo.
    Au cours de sa vie, chacun d'entre nous avance sur l'un de ces rayons. Et plus nous nous rapprochons du centre, plus nous nous rapprochons de Dieu; et plus nous nous rapprochons également les uns des autres, plus nous sommes unis.
       
      

    Homélie
    Jésus est le bon berger (17/04/16)
    Dans son homélie de l'Evangile du dimanche 17 avril 2016, un prêtre de ma paroisse a commenté cette phrase de Jésus : "Mes brebis écoutent ma voix" (Jean 10, 27). Il a dit notamment que l'image du berger était une image qui nous parlait tout particulièrement, aujourd'hui, car nous ne voyons pas Jésus de la même manière que ses contemporains l'ont vu.
    En effet, depuis que Jésus est monté au ciel et que, de ce fait, il est devenu invisible à nos yeux, nous essayons surtout d'entendre sa voix en lisant la Bible et de comprendre ce qu'il attend de nous en discernant.
    Il a dit également quelques mots sur le texte tiré de l'Apocalypse de saint Jean (Jean 7, 9.14b-17). Ce texte commence par cette phrase : "Moi, Jean, j'ai vu : et voici une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, tribus, peuples et langues".
    Il a dit que cette phrase faisait écho à ces paroles que Dieu a dites à Abraham par l'intermédiaire de son ange : "Je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer" (Genèse 22, 17).
        
    Méditation
    Les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées (méditation personnelle) (04/04/16)
    Une petite méditation de votre serviteur >>
        
    Homélie
    La différence entre les remords et le repentir (23/03/16)
    Récemment, dans une homélie consacrée à la trahison de Judas et au reniement de Pierre, un prêtre de ma paroisse a dit cette très belle phrase : "Les remords conduisent au tourment, le repentir conduit à la paix".
        
    Homélie
    La parabole du fils prodigue (08/03/16)
    Dimanche dernier, dans son homélie sur la parabole du fils prodigue, un prêtre de ma paroisse a dit ceci : "Les deux fils ont le problème inverse l'un de l'autre. Le fils cadet se croit indigne de son père. Il pense qu'il ne mérite pas d'être accueilli. Il croit qu'il ne vaut plus rien. Le fils aîné, par contre, est certain qu'il est digne, qu'il mérite ceci ou cela. Il pense qu'il est au-dessus de son frère cadet. Par son attitude pleine d'amour et de miséricorde, le père veut aider ses deux enfants à progresser intérieurement et à avancer sur le chemin du véritable amour".
        
    Homélie
    La vraie patience (27/02/16)
    Ce matin, dans son homélie sur le fils prodigue, un prêtre de ma paroisse nous a parlé de la vraie patience. Il nous a dit notamment ceci : "Souvent, nous n'avons pas la vraie patience. Nous attendons ce que nous voulons, certes, mais nous attendons avec un certain énervement, et en disant intérieurement des paroles qui ne sont pas des paroles de bénédiction. Nous devons avoir la vraie patience. Nous devons attendre en bénissant nos ennemis et en ayant un cœur rempli d'amour pour eux, comme celui de Dieu".
        
    Homélie
    Une belle définition de l'espérance (21/02/16)
    Un prêtre de ma paroisse a donné une très belle définition de l'espérance, dans son homélie de ce matin. Il a dit : "L'espérance, c'est la foi conjuguée au futur".
        
    Homélie
    Les grands prêtres, les scribes, les rois mages et la naissance de Jésus (04/01/15)
    Pour la fête de l'Epiphanie, un prêtre de ma paroisse a attiré notre attention sur un point très intéressant dans son sermon. Il nous a dit : "Lorsque les rois mages sont arrivés chez le roi Hérode pour lui demander où le Sauveur devait naître, Hérode a réuni tous les grands prêtres et les scribes d'Israël et ces derniers lui ont répondu que Jésus devait naître à Bethléem en Judée (Matthieu 2, 1-12). Mais ce qui est très étonnant, c'est que ni les grands prêtres ni les scribes ne sont allés adorer Jésus. Seuls les rois mages se sont rendus à la crèche. Autrement dit, ceux à qui la Bonne Nouvelle était annoncée en priorité - et qui savaient où Jésus devait naître (les grands prêtres, les scribes) -, n'ont pas répondu à l'appel de Dieu".

        
     

    Humour
    Les Pères blancs (19/09/15)
    Il y a quelques semaines, un prêtre de ma paroisse a fait rire toute l'assemblée au début d'une Messe.
    Il y avait avec lui, pour concélébrer cette Messe, un prêtre qui faisait partie des "Pères blancs" (une société de vie apostolique fondée en 1868 par Mgr Lavigerie, l'archevêque d'Alger).
    Or, il se trouve que ce prêtre était africain. Après nous l'avoir présenté, le prêtre de ma paroisse a dit avec beaucoup d'humour et de tendresse (et cela a beaucoup fait rire son confrère également) : "Bien qu'il soit noir, c'est un Père blanc quand même".
        
    Homélie
    Le feu de la veillée pascale (20/04/14)
    Hier, pendant la veillée pascale, un prêtre de ma paroisse a dit la chose suivante en parlant du feu qui sert à allumer le cierge pascal :
    Le feu est ce qui permet de faire passer un aliment du cru au cuit. Il n'y a que les hommes qui mangent les aliments cuits. Les animaux ne le font pas. Et passer du cru au cuit, c'est passer de la nature à la culture. C'est un peu comme pendant la prière eucharistique. Le pain et le vin deviennent le corps et le sang du Christ. On passe alors du naturel au surnaturel.
        
    Témoignage

    L'histoire de la dame âgée et des saignements de nez
    (05/02/14)
    On n'imagine pas tous les miracles (petits ou grands) que Jésus accomplit chaque jour autour de nous, tout près de nous, dans nos villes et dans nos paroisses.
    C'est extraordinaire !
    Récemment, une personne de ma paroisse m'a raconté une histoire extrêmement touchante.
    Le 8 décembre dernier, après s'être mouchée un peu trop fort, elle a commencé à avoir des saignements de nez très abondants, et ce d'une manière quotidienne.
    Ces saignements se produisaient plusieurs fois par jour et ils duraient pendant de longues minutes, rendant ses journées insupportables.
    Etant âgée de 80 ans et étant très fatiguée à ce moment-là, elle ne pouvait pas se rendre chez l'oto-rhino-laryngologiste pour qu'il cautérise la lésion à l'intérieur du nez.
    Le 20 décembre au soir, avant d'aller se coucher, une prière lui est venue spontanément à l'esprit : "Jésus, dans l'Evangile tu as guéri une femme qui souffrait de saignements depuis 12 ans, et ce après qu'elle ait touché ton manteau (cf : Marc 5, 25-29). Ce que tu as fait pour cette femme, fais-le également pour moi !"
    Le 21 décembre au matin, les saignements avaient complètement disparu et ils ne sont jamais revenus par la suite.
    Cette histoire est vraiment très belle. Chaque fois que j'y repense, je me dis la chose suivante : la Bible devient vraiment un moyen de rencontrer personnellement Jésus lorsqu'en la lisant nous découvrons non pas uniquement l'histoire des autres mais, aussi et surtout, notre propre histoire !
        
    Sermon
    L'importance de la bénédiction des prêtres
    (30/01/14)
    Dans les messages qu'elle donne chaque 2 du mois à la voyante Mirjana, la Vierge de Medjugorje insiste souvent sur l'importance de la bénédiction des prêtres.
    Elle nous a dit notamment ceci : "Chaque jour je prie pour les pasteurs et j’attends la même chose de vous. Car, mes enfants, sans leur conduite et la force que vous recevez à travers la bénédiction, vous n’y arriverez pas" (02/06/12).
    Ce matin, à la Messe, un prédicateur québécois qui est actuellement de passage dans ma paroisse a longuement parlé de la bénédiction des prêtres dans son sermon.
    Il a notamment insisté sur deux points :
    1)-La bénédiction des prêtres est surtout destinée à nous maintenir dans la présence de Dieu.
    2)-La bénédiction est très importante car c'est le dernier geste que Jésus a fait avant de quitter cette terre et d'aller rejoindre son Père, au moment de l'Ascension.
    En effet, comme nous le dit Saint Luc : "Or, comme il les bénissait, il se sépara d'eux et fut emporté au ciel" (Luc 24, 51). Voir aussi >>
           
    Sermon
    Stigmates
    (09/04/13)
    Voici une très jolie phrase qu'un prêtre de ma paroisse a dite dans son homélie du dimanche de la Divine Miséricorde (au sujet des stigmates de Jésus) :
    Les mains de Jésus ressuscité sont les écrans qui font défiler devant nos yeux les images de sa Passion, preuve de son amour pour nous.
        
    Témoignage
    La foi des Polonais (14/12/12)
    Récemment, dans ma paroisse, un conférencier a raconté une histoire très intéressante :
    Cet été, il est allé en vacances en Pologne. Dans la petite ville où il a séjourné, il y avait pas moins de cinq Messes le dimanche matin. Parfois, la foule était tellement nombreuse que les gens ne pouvaient pas tous rentrer dans l'église. Ils devaient alors suivre la Messe dehors.
    Depuis sa chambre d'hôtel, ce conférencier a été marqué par une chose : au moment de l'élévation de l'hostie, tous les gens qui se trouvaient dehors s'agenouillaient, directement sur la chaussée. C'est là une image très forte, vous ne trouvez pas ?
    Que se serait-il passé si cela s'était produit en France ? On aurait dit qu'il s'agissait d'une prière de rue et on aurait cherché à l'interdire !

        
    Sermon
    L'Incarnation selon le Bienheureux Jean Duns Scott
    (08/11/12)
    Aujourd'hui, l'Eglise fait mémoire du Bienheureux Jean Duns Scott, un frère mineur d'origine écossaise qui est mort en 1308 à l'âge de 42 ans.
    Dans son sermon de ce matin, un prêtre de ma paroisse a dit que Jean Duns Scott pensait que même si Adam et Eve n'avaient jamais péché (c'est à dire même si le péché originel n'avait jamais eu lieu), Jésus se serait incarné quand même.
        
    Sermon
    Le dogme de l'Assomption (15/08/12)
    Dans le sermon qu'il a prononcé ce matin, un prêtre de ma paroisse a rappelé que contrairement à d'autres dogmes, le dogme de l'Assomption n'était pas le fruit d'une réflexion théologique qui a été menée à partir des Saintes Ecritures. Ce dogme est le fruit d'une réflexion qui a été menée à partir de la Sainte Tradition.
        
    Enseignement
    L'Ascension est un "zoom arrière" (17/05/12)
    Un jour, dans un Foyer de Charité, un prédicateur a dit que la fête de l'Ascension faisait écho à celle de l'Annonciation (le 25 mars).
    Pour lui, l'Annonciation est un "zoom avant" (Jésus "s'éloigne" du Ciel et il "se rapproche" de la terre) alors que l'Ascension est un "zoom arrière" (Jésus "s'éloigne" de la terre et il "se rapproche" du ciel).
        
    Humour
    Quand la mémoire fait défaut(14/02/12)
    Une religieuse qui est très âgée, et à qui la mémoire fait parfois défaut, m'a confié récemment : "Vous savez, quand il m'arrive d'oublier certaines choses, je me console en me disant que Jésus est Celui qui oublie le plus : Il oublie tous nos péchés !"
        
    Medjugorje
    Le Père Danko nous invite à changer notre regard(22/08/11)
    Au moment de la fête de l'Assomption 2011, il y a eu une rencontre avec le Père Danko, à Medjugorje. Le Père Danko a raconté l'histoire suivante :
    Un jour, un homme voit sa voisine étendre du linge, dehors. Mais il constate que ses draps sont encore sales. Il se dit : "Tiens, sa machine à laver doit mal fonctionner".
    Quelques minutes plus tard il jette à nouveau un coup d'oeil et constate que les draps sont maintenant propres. Il appelle sa femme pour lui demander ce qu'elle en pense.
    Sa femme lui dit : "Que tu es bête. Je viens tout juste de nettoyer les vitres de la fenêtre par laquelle tu regardes. C'est la vitre qui avait des taches !"
        
    Pensée
    Attirer les jeunes dans les églises(30/07/11)
    Qui sont les gens qui, dans un passé récent, ont attiré le plus grand nombre de jeunes dans les églises (en France et, aussi, dans le monde) ?
    Sœur Emmanuelle (des chiffonniers du Caire), l'Abbé Pierre, le Père Guy Gilbert, Jean-Paul II...
    Hum, il y a des moments où j'ai envie de rire quand j'entends des gens dire : "Il faut des jeunes pour attirer les jeunes dans les églises !"
    En effet, l'expérience concrète montre que les jeunes chrétiens ne sont pas forcément les plus susceptibles d'attirer les autres jeunes à la foi ! Très souvent, les jeunes qui sont éloignés de la foi sont plus sensibles au témoignage et à l'exemple des anciens.
        
    Réflexion 
    Pourquoi recevons-nous tant de grâces au moment de Pâques ?(26/04/11)
    Récemment, avec une amie, nous avons échangé nos impressions sur les fêtes de Pâques. Nous avons eu tous les deux le sentiment d'avoir reçu beaucoup de grâces, et notamment des grâces de joie, de paix intérieure et de renouvellement de notre vie spirituelle.
    En parlant, nous nous sommes demandé comment il se faisait que des cadeaux aussi particuliers "tombent du ciel" justement au moment de Pâques (plutôt qu'à Noël ou à la Pentecôte; bien que des grâces extraordinaires soient données au moment de toutes les fêtes).
    Voici les conclusions auxquelles nous sommes arrivés :
    -Pâques est la plus grande fête chrétienne. 
    -Pâques étant la plus grande fête chrétienne, elle est précédée d'une prière communautaire extrêmement forte (la préparation du Carême, la longue lecture de la Passion du Christ le jour des Rameaux, la messe du Jeudi Saint, la deuxième lecture de la Passion du Christ le Vendredi Saint et la prière d'intercession pour tous les hommes du monde entier, les longues lectures de la veillée pascale...).
    -Cette longue préparation communautaire (qui n'est pas aussi forte avant Noël ou avant la Pentecôte) fait sûrement que nos âmes sont "mieux préparées" à recevoir les cadeaux que Dieu veut nous donner... d'où ce sentiment que l'on reçoit peut-être "plus".
    Nous nous sommes dit également qu'il était dommage que la fête de Pâques ne soit pas plus "populaire" que la fête de Noël (dans la conscience populaire, du moins).
    En effet, le 25 décembre, tous les gens se souhaitent un "Joyeux Noël". Par contre, pour Pâques, on entend moins souvent les gens se souhaiter une "Bonne fête de Pâques".
        
    Humour
    Il ne faut pas s'endormir devant le Saint Sacrement ! (06/03/11)
    Récemment, sur une radio chrétienne, j'ai entendu un prédicateur dire ceci : "Il faut prier et non pas s'endormir quand on est devant le Saint Sacrement. Ceux qui s'endorment ne font pas de l'adoration mais de... l'adodoration !"
        
    Sermon
    Le paralytique de Capharnaüm (14/01/11)
    Ce matin, un prêtre de ma paroisse a fait une très belle homélie sur le passage de l’Evangile qui raconte la guérison du paralytique de Capharnaüm (Marc 2, 1-12).
    Il a dit ceci : "Ce qu’il y a de merveilleux, dans ce récit, c’est que le paralytique est descendu par quatre hommes à travers le toit de la maison. Ce passage par le haut est un appel à méditer sur l’importance de l’intercession et de la communion des saints. Nous sommes tous appelés à nous aider les uns les autres".
        
    Evangile
    Sans Domicile Fixe (08/09/10)
    Une amie vient de me raconter l'histoire suivante :
    "Un dimanche, dans ma paroisse, pendant une messe, un monsieur très mal habillé est venu s'asseoir sur le banc de devant avec son chien pour assister à la célébration. En le voyant arriver, une personne qui était assise sur ce même banc a dit tout haut et avec dédain : Oh, un SDF !
    Comme j'étais assise juste derrière cette personne, je me suis permis de lui glisser discrètement dans l'oreille : Vous savez, Jésus aussi était un SDF. Rappelez-vous ses paroles : Les renards ont des terriers et les oiseaux du ciel des nids; le Fils de l'homme, lui, n'a pas où poser sa tête (Lc 9, 58)".
        
    Humour
    Paroles de connaissance (24/07/10)
    U
    ne parole de connaissance très amusante a été donnée lors de la journée de prière pour les malades à Paray le Monial, en juillet 2010.
    Une première parole a dit : "Il y a une personne, dans l'assemblée, qui a beaucoup d'argent. Jésus l'appelle à faire des dons aux pauvres et aux nécessiteux".
    Puis, quelques instants plus tard, une seconde parole de connaissance a dit la chose suivante : "En entendant la parole précédente, une personne fortunée a pensé qu'elle ne lui était pas adressée. En fait, elle lui est bien adressée. Cette personne se reconnaîtra car elle a un portefeuille en crocodile".
        
    Sermon
    Il n'y a pas de mal à se faire du bien (28/06/10)
    Voici ce qu'a dit un diacre parisien dans son homélie du dimanche 27 juin 2010 (lu sur le site "Totus tuus") : "Il n'y a pas de mal à se faire du bien, à condition que ce soit vraiment du bien, car il n'y a pas de bien à se faire du mal !"
        
    Sermon
    Le secret de la liberté (01/05/10)
    Un prêtre de ma paroisse a longuement prêché sur l'importance qu'occupe aujourd'hui l'apparence physique. Il a notamment dit ceci : "Je me suis souvent demandé comment les saints avaient fait pour être aussi libres durant leur vie. En fait, leur secret est le suivant : ils ne se souciaient pas de l'opinion des autres. Ils ne cherchaient pas à plaire. Ils n'étaient pas esclaves du regard des autres. Ils ne s'occupaient pas de ce que l'on pensait ou de ce que l'on disait d'eux".
        
    Humour
    Prise d'habit (21/04/10)
    Il y a quelques jours, j'ai assisté à une prise d'habit. A la fin de la célébration, une personne a dit cette phrase vraiment très amusante : "Prions beaucoup pour cette novice, pour qu'elle soit fortifiée dans sa vocation. En effet, il serait dommage qu'après avoir mis "le" voile... elle mette "les" voiles !"
        
    Vie des Saints
    Ce que signifie être un enfant de Dieu pour Sainte Catherine de Sienne (17/04/10)
    Dans son sermon de ce matin, un prêtre de ma paroisse a raconté l'histoire suivante : "Un jour, Sainte Catherine de Sienne a eu une vision. Dans cette vision, il lui a été donné de comprendre ce qu'était réellement un enfant de Dieu. Elle a donc vu un enfant de Dieu. Il était tellement beau qu'elle a cru que c'était Dieu lui-même, et elle s'est prosternée devant lui. En fait, ce n'était qu'un être humain".