• Medjugorje
    L'ETE, LE TEMPS DES FRUITS ET DE L'HUMILITE (03/07/14)
    En été, les fleurs et les fruits n’apparaissent pas seulement dans la nature. Ils apparaissent également dans l’Eglise.
    En effet, l’été est une période particulière de l’année où le peuple chrétien se retrouve très souvent pour des temps forts de la vie paroissiale ou diocésaine : premières communions, professions de foi, confirmations, mariages, ordinations diaconales ou presbytérales...
    Ce sont là des moments extrêmement importants qui, pour certains d’entre eux, viennent couronner un très long temps d’attente, d’efforts et de préparation.
    L’été est également la période des pèlerinages et des grands rassemblements.
    A Medjugorje, par exemple, on va voir à nouveau ces foules immenses de pèlerins qui vont louer Dieu d’un seul et même cœur, faisant ainsi taire tous ceux qui pensent que la foi est morte.
    Dans ce lieu de prière comme dans beaucoup d’autres, il y aura aussi des miracles : des guérisons, des conversions, des réconciliations... qui seront autant de raisons de se réjouir et de faire monter vers le Ciel une grande action de grâce.
    Bien évidemment, le risque est que l’ivraie vienne se mêler au blé et que, sournoisement, l’orgueil vienne s’immiscer dans nos cœurs.
    Aussi est-ce peut-être pour cette raison que, dans le message qu’elle a donné à Mirjana le 2 juillet 2014, la Vierge Marie parle très souvent de l’humilité.
    En effet, les mots "humilité" et "humblement" reviennent pas moins de cinq fois.
        
    Témoignage
    PELOUSE SYNTHETIQUE (2) (30/05/14)
    Il y a un an, la pelouse de notre stade de football municipal, qui est situé à quelques pas de chez moi, a été remplacée par une pelouse synthétique.
    Vous savez comment il est possible de savoir que l'herbe n'est pas naturelle ? C'est très simple : sur le bord du terrain, il y a un panonceau disant qu'il ne faut jeter ni mégot ni chewing-gum sur le gazon. On en comprend facilement la raison !
    Chose intéressante : un ami m'a appris récemment que, désormais, la ville n'aurait plus l'autorisation de tirer le feu d'artifice annuel depuis le stade (comme cela s'était toujours fait jusqu'à présent).
    Ah, le synthétique ! Non seulement il nous prive des vraies couleurs de la nature mais, en plus, il nous prive des belles couleurs de la fête !
     

        
    Pensée
    LA MOISSON EST ABONDANTE... (22/05/14)

    En France, nous avons des champs de blé immenses, des champs qui s’étendent à perte de vue, avec des épis chargés de bons grains.
    Nous avons également des vignes immenses, dans notre pays, des vignes qui s’étendent elles aussi à perte de vue, avec des ceps chargés de belles grappes.
    Malheureusement, nous avons encore trop peu de prêtres, chez nous, pour donner le pain et le vin devenus le Corps et le Sang du Christ à ces foules immenses de français qui, aujourd'hui plus que jamais, meurent de faim et de soif.
        
    Pensée
    LES COULEURS DU PRINTEMPS (2) : BLEU, BLANC, ROUGE
    (20/05/14)

    Dans les champs de blé, il y a toujours beaucoup de bleuets, de marguerites et de coquelicots. Et c’est ainsi que les enfants, en se promenant, sont heureux de pouvoir offrir à leurs mères de beaux bouquets de fleurs bleues, blanches et rouges.
    Seigneur, dans ce grand champ de blé qu’est le monde et où, un jour, les anges-moissonneurs viendront séparer le bon grain de l’ivraie, fais que l’on trouve toujours, un peu comme un levain : le bleu de Marie (qui nous apprend à grandir spirituellement), le blanc de la sainteté (qui nous est nécessaire pour aller au Ciel) et le rouge de Jésus (qui a versé son sang pour nous sauver et qui est le Chemin, la Vérité et la Vie).
        
    Pensée

    LES COULEURS DU PRINTEMPS (1) : BLEU, JAUNE, VERT (10/05/14)
    La Vierge Marie est l'Epouse de l'Esprit Saint. Grâce à son oui, Dieu, à travers Son Fils Jésus, a pu faire toute chose nouvelle ici-bas.
    C'est vraiment extraordinaire. Quand le bleu de Marie (le bleu de ses yeux) se mélange au jaune de l'Esprit Saint (le jaune du Feu), alors le vert du printemps (le vert de la nature et de l'espérance) apparaît partout. Tout est alors transformé en nous et autour de nous. 
         
    Prière
    POUR QUE LA BEAUTE DE LA NATURE AIDE LES HOMMES A OUVRIR LEUR COEUR A L'ESPRIT SAINT
    (09/05/14) 
    Je rajoute ici cette prière qui a été postée dans la rubrique "Bouquets de prières pour l'Eglise et pour le monde" le 9 mai 2014) :

    Chère Gospa, les lilas violacés (qui nous rappellent la couleur d'une étole pendant le Carême) et les lilas blancs (qui nous rappellent la couleur d'une étole le jour de Pâques) sont en train de passer. Le temps du Carême et la fête de Pâques sont maintenant derrière nous.
    Depuis quelques jours, nous sommes entrés dans le mois de mai. C’est le mois que notre mère l’Eglise t’a consacré, Vierge Marie, toi qui es l’Epouse de l’Esprit Saint.
    Et comme pour nous aider à nous préparer à la grande fête de la Pentecôte qui approche, voilà que la nature s’est habillée de feu et de lumière. La couleur jaune est visible partout : les champs sont remplis de boutons d’or et de pissenlits, les chemins sont bordés de genêts en fleurs... ! Comme c’est beau ! On dirait que la création est en feu !
    Chère Gospa, aujourd’hui nous voudrions te prier pour que notre foi, notre espérance et notre charité se rallument en contemplant ces milliers de flammes !
    Oui, fais que nos cœurs s’ouvrent, devant tant de beauté, et que nos âmes se remplissent de lumière.
    Fais également que l’amour embrase nos coeurs aussi facilement que le feu embrase les genêts. Un verset du Psaume 120 ne nous parle-t-il pas de "la braise des genêts" ?
    >Je vous salue Marie...

        
    Pensée
    FRERE LILAS ET LA LITURGIE DE LA CREATION (10/04/14)
    Les lilas, qui fleurissent dans nos jardins alors que nous avançons lentement vers Pâques, ne peuvent avoir que deux couleurs : mauve (ou violacé) et blanc.
    La première couleur nous rappelle un peu celle de l'étole du prêtre pendant le Carême.
    La deuxième couleur nous rappelle celle de l'étole du prêtre le jour de Pâques.
    C'est drôle. C'est un peu comme si la vocation des lilas était de rappeler aux hommes qu'il existait un lien indissoluble entre Pâques et le Carême, entre la Terre Promise et la marche au désert, entre la récompense et l'effort... Un peu comme si l'on ne pouvait pas penser à l'un sans penser à l'autre...
    Ah, Seigneur, qu'il est bon de sentir que tes mystères ne sont pas "enfermés" dans les églises mais qu'ils chantent également dans la nature et que la liturgie s'étend à toute la Création !
        
    Prière

    POUR QUE LES FRANCAIS SOIENT A JESUS CE QUE LES SARMENTS SONT A LA VIGNE (31/03/14)
    Je rajoute ici cette prière qui a été postée dans la rubrique "Bouquets de prières pour la France" le 31 mars 2014) :
    Chère Gospa, le printemps est une saison où les jardiniers font souvent des greffages. Dans le cas des arbres fruitiers, par exemple, cela permet d’obtenir des fruits plus gros et au goût plus sucré.
    Mais pour que la soudure puisse se faire sans problème entre les deux parties que l’on souhaite greffer, il est indispensable que ces deux parties soient attachées l’une à l’autre par un lien extrêmement serré. Ainsi, la sève peut circuler normalement de l’une à l’autre, et la greffe peut alors se développer rapidement.
    Chère Gospa, en ce temps où la nature commence à se parer de belles couleurs, nous voudrions te demander de nous aider à resserrer sans cesse les liens qui nous unissent à Jésus (la Messe, la Confession, le Rosaire, le Jeûne, la lecture de la Bible, l’Adoration du Saint Sacrement...) de telle sorte que nous puissions être pour ainsi dire "greffés" sur Lui et que Sa Vie puisse couler en nous.
    Oui, Vierge Marie, fais que nous vivions vraiment en profondeur ces paroles que ton Fils nous a dites dans l’Evangile : "Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi, et en qui je demeure, celui-là donne beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire" (Jean 15, 5).
    >Je vous salue Marie...
        
    Texte

    PELOUSE SYNTHETIQUE (1) (05/10/13)
    Dans l'Evangile, Jésus a souvent reproché aux Pharisiens de n'être des croyants qu'en apparence et de ne pas avoir en eux le véritable Esprit de Dieu.
    Il est vrai que les Pharisiens attiraient beaucoup les regards... mais, en même temps, ils repoussaient les gens parce qu'ils les détournaient de la vraie foi.
    Cela me rappelle une petite anecdote :
    Il y a quelques mois, pas très loin de chez moi, la ville a fait construire un grand terrain de football avec une pelouse synthétique.
    Quand on la regarde, cette pelouse paraît très belle. Elle semble propre, nette, égale... et elle enchante vraiment le regard.
    Seuls quelques panneaux signalétiques particuliers comme "Ne pas jeter de mégots" ou bien "Ne pas jeter de chewing-gum" pourraient éventuellement faire comprendre aux observateurs les plus perspicaces qu'il ne s'agit pas d'une vraie.
    Par contre, le problème, c'est que dès que le vent se lève, une odeur de plastique extrêmement forte envahit tout le quartier où la pelouse se trouve.
    Et là, il n'y a plus aucun doute possible : c'est bel et bien du gazon synthétique.
    En constatant cela, la définition suivante m'est venue à l'esprit : un Pharisien, c'est une personne qui attire les regards mais qui repousse les âmes parce qu'elle n'a pas en elle la bonne odeur de l'Esprit Saint.
    En effet, il ne faut pas oublier que parmi les différents symboles de l'Esprit Saint il y a l'onction. Or, une onction est d'abord et avant tout quelque chose... qui se sent !
          
    Texte
    PAYSAGES D’AUTOMNE (27/09/13)
    Quand nous nous promenons dans le jardin de notre mémoire, à l’automne de notre vie, il peut nous arriver de sentir que des souvenirs nous poursuivent et nous hantent : des moments de défaillance où nous avons mal agi, des instants de faiblesse où nous avons péché...
    C’est alors que la crainte nous saisit.
    Puis, levant les yeux vers le ciel, nous nous souvenons tout à coup que nous avons confessé ces erreurs... et la paix nous est rendue à l’instant.
    De même, quand nous nous promenons en forêt, aux alentours du mois d’octobre, il peut nous arriver de sentir que des individus nous suivent et nous veulent du mal : des "bruits de pas" se font entendre derrière nous, des ombres apparaissent puis disparaissent ici et là...
    C’est alors que l’inquiétude nous gagne.
    Puis, levant les yeux vers le ciel, nous nous rappelons tout à coup que nous sommes en automne et que ce ne sont en réalité que les feuilles mortes qui font du bruit en heurtant les branches et en tombant sur le sol.
    Oui, c’est l’automne qui vient décharger les arbres de leurs vieux vêtements et les hommes de leurs vieilles craintes avant la nouvelle floraison.

        
    Pensée
     

    PETITES FLEURS (10/01/13)
    Le 25 août 1999, à Medjugorje, la Vierge Marie nous a dit ceci : "Chers enfants, aujourd'hui encore je vous appelle à glorifier Dieu le Créateur dans les couleurs de la nature. Il vous parle aussi à travers la plus petite fleur sur sa beauté et sur la profondeur de l'amour avec lequel Il vous a créés".
    Pour moi, ces "petites fleurs", ce sont aussi tous ces inconnus qui vivent au plus profond d'eux-mêmes le message de l'Evangile. Ce sont tous ces gens "petits" et simples, doux et humbles de cœur, fidèles au Christ et à sa Mère, remplis d'une foi vivante...
    Oui, ce sont eux ces "petites fleurs", ces "petites fleurs" que les "grands" de ce monde passent leur temps à ignorer ou à piétiner - au point d'en faire parfois des martyrs -, mais qu'ils sont si heureux de pouvoir rencontrer et contempler de près quand ils sont tombés de leur trône et qu'ils ont le nez dans la poussière, parce que le parfum de ces "petites fleurs" est si pur qu'il attire les hommes à Dieu et les sauve de leur orgueil.
        
    Texte
    VUE D'AVION (19/05/12)
    Comme le monde est beau, vu d'avion ! Comme les jardins qui entourent les maisons sont jolis ! On sent que l'homme a passé du temps à défricher, à débroussailler, à élaguer, à émonder, à labourer, à semer, à planter...
    Et aujourd'hui, il y a une véritable explosion de couleurs et de beauté ! Ces jardins forment une gigantesque mosaïque qui enchante notre regard !
    Mon Dieu, quand tu regardes ces "jardins" que sont les âmes de tes enfants, du haut du ciel, le spectacle est-il merveilleux lui aussi ? L'homme a-t-il passé du temps à arracher ses défauts, à défricher, à débroussailler, à labourer, à semer et à planter à l'intérieur de lui-même?
    Vois-tu en chacun d'entre nous une explosion de joie, de paix, de lumière et d'amour ? Formons-nous une belle mosaïque qui enchante ton regard?
        
     
    Témoignage

    LE RONCIER DE MON JARDIN M'A ENSEIGNE POURQUOI LES PETITES MORTIFICATIONS QUOTIDIENNES ETAIENT SI IMPORTANTES (20/10/11)

    La Vierge de Medjugorje insiste beaucoup sur l'importance des petits "sacrifices" et des petites "mortifications" que nous devons faire chaque jour. On retrouve cela dans de nombreux messages.

       

    Il n'est pas forcément évident pour tout le monde de bien saisir toute l'importance des sacrifices quotidiens offerts à Dieu.
    Parfois, en effet, ces efforts sur nous-mêmes peuvent nous sembler insignifiants et, donc, de bien peu d'utilité.

    Si vous me le permettez, j'aimerais vous raconter une petite histoire qui m'a personnellement beaucoup éclairé sur l'importance capitale des mortifications...

         

    En 1999, la terrible tempête de vent qui s'est abattue sur la France a déraciné un très grand noyer qui se trouvait dans mon jardin.
    Depuis, il ne reste de lui qu'une pauvre souche morte qui n'a jamais pu donner naissance à un nouvel arbre.

    Au fil des années, un gros buisson de ronces a grandi tout autour de la souche et, l'été dernier, je me suis aperçu qu'il était devenu vraiment énorme : au moins 1m50 de haut et environ 3m de large.
    Par ailleurs, il était très gênant car il bloquait un passage qui permettait d'accéder au fond du jardin.

    J'ai donc décidé de le couper. Pour cela, j'ai acheté un sécateur et, prenant mon courage à deux mains, je me suis mis au travail.

         

    Couper un roncier, croyez-moi, n'est pas une mince affaire.

    Quand on regarde les choses de près, en effet, on s'aperçoit que les ronces sont complètement enchevêtrées les unes dans les autres, chacune ayant des ramifications multiples qui font que l'on a l'impression qu'on n'en viendra jamais à bout.

    On commence modestement par couper une ronce... mais le geste semble inutile tellement l'entrelacement est complexe et résistant.

    On en coupe une deuxième, puis une troisième... mais cela ne change rien non plus. Le roncier est toujours là. Les ronces innombrables qui le composent se soutiennent les unes les autres.

    Toutefois, ne sachant comment faire autrement, on continue, on continue encore : un coup de sécateur par-ci, un coup de sécateur par-là...

        

    Au bout de longues minutes - et ce après avoir donné peut-être des centaines de coups de sécateur - un phénomène assez intéressant se produit : la partie du roncier où l'on a donné les coups de sécateur commence à s'affaisser.

    Jusqu'alors, elle était restée bien en place mais là, elle s'affaisse. C'est un peu comme si elle commençait à se "détacher" de la partie principale du roncier, celle que l'on n'a pas encore touchée.
    Etant moins fortement rattachée au reste du buisson, en effet, elle perd en quelque sorte l'équilibre; un peu comme si la tour de Pise était retenue par des cordes et que ces cordes lâchaient une à une. L'ensemble menace alors de s'effondrer.

          

    Le moment le plus extraordinaire, pour le jardinier (et je m'adresse ici aux citadins qui n'ont peut-être pas la chance d'avoir un jardin), c'est quand il ne reste plus qu'une seule et dernière ronce qui retient la partie chancelante au reste du buisson.
    Quand on la coupe (Ô, instant de bonheur extrême ! Ô joie ineffable !), tout s'écroule et l'on sent que l'on a gagné une bataille ! C'est extraordinaire !!

    Ensuite, et bien il suffit tout simplement de répéter la même opération en d'autres points de roncier, afin de faire s'effondrer d'autres parties... et ce jusqu'à ce que tout le buisson soit mis à terre.

         

    Je vous explique maintenant le rapport avec les petites mortifications quotidiennes (tel que je le comprends, du moins).

    Se mortifier, ou faire un sacrifice (si vous préférez), c'est comme couper un lien négatif qui est en nous. C'est comme délier une attache qui nous relie à une mauvaise habitude. C'est comme cisailler une "ronce intérieure" qui obstrue un passage, au fond de notre coeur.
    En d'autres termes, c'est comme si nous nous donnions un coup de sécateur à nous-mêmes afin de désencombrer un chemin à l'intérieur même de notre personne.

        

    Sur le moment, l'effort semble ne pas servir à grand-chose : on est toujours le même après le sacrifice, rien n'a changé en nous, nos problèmes et nos ennuis n'ont pas disparus, la vie est toujours aussi difficile...

    Toutefois, à l'instar de ce qui se passe pour le roncier, la persistance dans l'effort permet, avec le temps, de faire s'effondrer tout un tas de défauts et de blocages en nous et autour de nous : on devient plus maître de soi-même, on arrive mieux à contrôler ses humeurs, les relations s'améliorent avec des gens que l'on n'arrivait pas à aimer, des verrous sautent, des portes s'ouvrent, des joies et des espérances renaissent de leurs cendres, des rêves se réalisent, des miracles s'opèrent...

        

    Les mortifications et les sacrifices quotidiens sont, je pense, un moyen de faire du jardinage à l'intérieur de nous-mêmes, de nous purifier, et, peu à peu, de nous transformer nous-mêmes et de transformer le monde autour de nous.
    Les mortifications font tomber des murailles et ouvrent des voies nouvelles.
     

    Je termine ce texte en citant simplement ce message que la Vierge de Medjugorje nous a laissé le 13 novembre 1986 :

    "Chers enfants, par vos prières et par vos sacrifices commencez à vivre saintement. Je souhaite que tous ceux qui ont vécu à cette source de grâces, arrivent au Paradis avec un cadeau qu'ils me donneront, qui sera la sainteté".

        

    Pensée

    EDELWEISS (27/12/09)

    Dans le monde, il y a des artistes de renommée internationale qui vendent des dizaines de millions de disques et qui attirent des dizaines de milliers de personnes à chacun de leur concert.

    Quand on regarde de près ce qu'ils chantent, on s'aperçoit assez souvent que les textes sont vides de sens.

    Il peut aussi arriver que, dans des festivals locaux ou dans de petites salles de quartier, on rencontre des artistes qui ont un talent extraordinaire : leurs mots sonnent juste, leur musique nous emporte, leurs harmonies nous enchantent, l'émotion qu'ils véhiculent laisse dans nos cœurs une trace indélébile...

    C'est alors que la question suivante peut surgir dans nos cœurs : "Mais pourquoi ne sont-ce pas eux qui vendent des dizaines de millions de disques et qui attirent des dizaines de milliers de spectateurs à leurs spectacles ?"

    En réfléchissant à cela, je me suis dit que ces artistes étaient en fait semblables à des edelweiss (vous savez, ces fleurs merveilleuses et rares qui poussent au sommet des montagnes).
    Ils sont vus et écoutés par un plus petit nombre de personnes parce qu'ils sont plus hauts.

    Mais le fait qu'ils ne soient connus que de peu de gens n'enlève absolument rien au rôle fondamental qu'ils jouent sur cette terre.
    En effet, Dieu et les saints les connaissent et les aiment, et ils font d'eux des moteurs qui tirent toute l'humanité vers le haut.
    Après tout, l'edelweiss n'est-elle pas l'emblème des alpinistes et des guides de haute montagne ?

         

    Méditation

    PETITS ENFANTS, PUISSENT LES CHAMPS DE BLE VOUS PARLER DE LA MISERICORDE DE DIEU ENVERS CHAQUE CREATURE (24/06/09)

    Dans son message mensuel du 25 août 1999, la Vierge de Medjugorje a dit la chose suivante : "Petits enfants, puissent les champs de blé vous parler de la miséricorde de Dieu envers chaque créature".

    Pendant longtemps, je me suis demandé en quoi les champs de blé pouvaient bien évoquer la miséricorde. Des mois durant, j'ai cherché et observé en vain.

    Puis, récemment, un petit élément de réponse m'est venu :

    Quand on observe un champ de maïs ou un champ de fleurs (par exemple), on s'aperçoit que tous les éléments du champ ne sont pas exactement les mêmes. Certains sont plus petits que d'autres, plus fins, plus gros, plus touffus, plus feuillus... Certains ont des couleurs plus vives, des tiges plus hautes, des feuilles plus larges, des pétales plus ouverts...
    En un mot, le tout ne forme pas un ensemble homogène.
    Et il en va de même pour les arbres, les plantes, les pieds de vigne... et la plupart des éléments de la flore.

    Par contre, quand on regarde un champ de blé, c'est très différent.

    En effet, les épis nous semblent pratiquement tous identiques au niveau de la taille, de la grosseur, de la forme, de la couleur, de la légèreté, de la quantité de fruit porté, de la souplesse, de la résistance...

    Aucun d'entre eux ne paraît trop petit, ou trop gros, ou trop pâle, ou trop faible, ou trop fragile, voire même malade, seul, isolé...
    Non, il y a une très grande harmonie au niveau des épis, un peu comme si Dieu avait gommé et réparé les différences, les handicaps, les blessures, les meurtrissures, les fragilités, les faiblesses, les défaillances... autant de choses qui, dans le monde des hommes, pourraient être considérées comme des conséquences du péché.

    C'est cette grande égalité entre les épis et cette absence de différences majeures qui, je pense, font que la contemplation d'un champ de blé peut éveiller en nous l'idée de la miséricorde.

        

    Vie des Saints

    SAINTE FLEUR, PATRONNE DES PERSONNES QUI PORTENT UN NOM DE FLEUR

    Le fait que Sainte Fleur (ou Flore) soit fêtée le 5 octobre - c'est-à-dire le lendemain même de la fête de Saint François d'Assise, un grand amoureux de la nature - est sûrement un "clin d'œil" du Ciel.

    Sainte Fleur (1300-1347) est née dans le Cantal, dans une famille de 19 enfants. Religieuse et infirmière, elle a connu beaucoup de souffrances au cours de sa vie. Celle des autres, d'abord, mais aussi la sienne.
    En effet, elle a eu de grands tourments intérieurs (ce qui, soit dit en passant, ne l'a pas empêché de garder le sourire et de diffuser la paix autour d'elle).

    Sainte Fleur est la patronne de toutes les personnes qui portent un nom de fleur et qui n'ont pas de patronne "officielle" : Pâquerette, Violette, Pervenche, Anémone…

          
    Méditation

    DECOUVRONS LE MESSAGE SPIRITUEL DU TOURNESOL !

    Existe-t-il, sur terre, une plante qui, mieux que le tournesol, peut rappeller à l'homme que sa vocation est de prier constamment ? Rien n'est moins sûr !
    En effet, le tournesol est un amoureux - un amoureux fou - du soleil (qui, dans la symbolique chrétienne, représente Dieu).
    Le matin, sa fleur est entièrement tournée vers l'Est, et, le soir, elle est tournée vers l'Ouest.
    Au cours de la journée, à chaque heure et à chaque minute, elle suit le soleil centimètre par centimètre tandis que celui-ci se déplace lentement sur son arc.
    Le tournesol est donc la plante qui nous rappelle le plus fortement que nous devons tous vivre en étant sans cesse tournés vers Dieu, nous abreuvant en permanence de Sa divine lumière.
    Et ce qui est incroyable, c'est qu'au moment de la récolte, qui a lieu au mois de septembre, on se sert de ses graines pour faire de l'huile qui, elle-même, sera utilisée pour assaisonner les plats !
    Avouez franchement qu'il y a de quoi se demander pourquoi cette plante n'est pas plus souvent utilisée pour le fleurissement de nos églises !!

        


  • Prière
    Prière pour qu'en pensant au soleil, les hommes découvrent à quel point Dieu est puissant (31/05/15)
    Cette prière est la 31ème de la rubrique : "Bouquets de prières pour l'Eglise et pour le monde" (le 23 mai 2015).
    Chère Gospa, le soleil est un astre extrêmement impressionnant. Les scientifiques nous disent qu'il pèse presque 2 milliards de milliards de tonnes et que sa température au centre avoisine les 20 millions de degrés. Ils nous disent également que la chaleur qu'il produit à chaque seconde est égale à celle que dégagerait plus d'1 million de milliards de tonnes de charbon ! Quelle puissance extraordinaire ! Il est clair que tout homme qui tenterait de s'approcher de cette gigantesque étoile serait anéanti bien avant d'avoir pu l'atteindre !
    Vierge Marie, le soleil nous en dit long sur la toute puissance de Dieu. En effet, c'est du Dieu-Créateur qu'il a reçu la chaleur absolument incroyable qu'il dégage. Celle-ci ne vient pas de nulle part. Dieu est donc au-dessus de lui, plus fort que lui, plus puissant que lui ! En entendant certains pèlerins de Medjugorje nous raconter qu'ils l'ont vu "danser", on a même envie de dire que le soleil est un peu comme un "jouet" entre les mains du Créateur !
    Vierge Marie, aujourd'hui nous voudrions te demander la grâce de croire de plus en plus fermement que Dieu est le Maître de tout. Fais notamment que grandisse en nous la certitude qu'il peut nous sortir de toutes nos impasses et qu'aucun obstacle ne peut lui résister.
    >Je vous salue Marie...
        
    Prière

    Prière pour que les Français sachent remercier Dieu pour les plus petites choses (11/04/15)
    Cette prière est la 182ème de la rubrique "Bouquets de prières pour la France" (le 10 avril 2015).
    Chère Gospa, la création se renouvelle toujours très lentement. Quand l'hiver est terminé, la chaleur ne revient pas d'un seul coup, les fleurs ne poussent pas en un instant, les fruits ne mûrissent pas en un jour... Non, il faut beaucoup de temps avant que la nature retrouve ses belles couleurs et diffuse à nouveau ses doux parfums. C'est là un long processus.
    Et les signes qui annoncent qu'un grand changement est en train de s'opérer sont toujours très petits au départ : un brin d'herbe reverdit, un bourgeon apparaît... L'été ne s'installe jamais de manière brutale.
    Vierge Marie, aujourd'hui nous voudrions te demander la grâce de toujours savoir reconnaître les petits signes qui, en nous et autour de nous, nous annoncent que l'hiver spirituel s'éloigne (les petites victoires sur nous-mêmes, les petites grâces...).
    Oui, fais que nous accordions toujours une grande importance aux petites choses. Fais qu'elles soient pour nous l'occasion de faire monter vers le Ciel une immense action de grâce car elles nous font comprendre que le printemps est déjà là et que l'été approche.
    Ainsi que tu nous l'as dit à Medjugorje : "Remerciez le Seigneur pour tous les fruits et louez-le. Chers enfants, apprenez à le remercier pour les petites choses, ensuite vous pourrez le remercier pour les grandes" (le 03/10/85).
    >Je vous salue Marie...
        
    Hiver

    Le bruit de la rivière (20/02/15)
    Quand nous traversons une forêt en hiver, nous pouvons parfois avoir un sentiment de crainte. En effet, les oiseaux se sont envolés vers d'autres pays, les arbres sont nus, on n'entend pratiquement aucun son... On pourrait croire que la mort règne.
    Heureusement, il y a le bruit de la rivière qui est toujours là et qui coule imperturbablement le long du chemin, rappelant à nos cœurs inquiets qu'il faut rester confiant et que la vie est présente.
    De la même façon, quand nous traversons les hivers spirituels du monde, nous pouvons parfois avoir un sentiment de crainte. En effet, la foi semble s'en être allée, les églises sont vides, on n'entend plus de paroles d'amour... On pourrait croire que la mort règne.
    Heureusement, il y a dans nos cœurs cette source d'eau vive qu'est Jésus-Christ et qui est toujours là. Cette source continue de nous accompagner tout au long de notre route, elle chante sans cesse au fond de nous et fait jaillir sur nos lèvres une prière de louange et d'action de grâce.
        
    Hiver
    Comme un jardinier en hiver (06/02/15)
    Pour le jardinier, l'hiver est souvent synonyme de ralentissement de l'activité. En effet, il n'y a plus de pelouses à tondre, plus de fruits à récolter, plus de fleurs à arroser ou à cueillir pour en faire de beaux bouquets...
    Le temps peut paraître bien long !

    L'impatience du jardinier en hiver est une chose que la Mère de Dieu comprend très bien. En effet, la Vierge Marie voudrait tellement que tous ses enfants s'ouvrent à Dieu et que leurs cœurs ressemblent à des roses qu'elle pourrait cueillir pour les offrir à son Fils !
    Mais nous sommes si froids ! Il y a tellement de glace à l'intérieur de nous !
    Pour le jardinier, l'attente sera toujours de courte durée car, très vite, le printemps finira par arriver et l'activité reprendra.
    Mais pour la Mère de Dieu, combien de temps l'hiver va-t-il durer ? Nos cœurs s'ouvriront-ils à ses messages avec les premiers rayons chauds du soleil ? S'ouvriront-ils en même temps qu'apparaîtront dans la nature les premiers bourgeons ?
        
    Orages

    Le temps où les cloches des églises sonnaient quand un orage arrivait...
    (20/09/14)
    A Medjugorje, les cloches de l'église Saint Jacques se mettent à sonner à chaque fois qu'il y a un gros orage.
    En fait, c'est pour appeler les gens à prier et à demander à Dieu la protection durant la bourrasque.
    Il est intéressant de savoir que cette belle tradition existait aussi en France, au temps de nos grands-parents.
    Récemment, une personne d'un âge avancé m'a expliqué la raison pour laquelle cette tradition avait été abandonnée dans ma région :
    C'est malheureux, mais il y avait des querelles entre les villages ! Quand un village priait pendant un orage, alors le village qui était situé en face lui reprochait de lui envoyer l'orage ! C'est alors que l'on a décidé d'arrêter de faire sonner les cloches.
    Vraiment, il y a des jours où j'ai beaucoup de mal à comprendre notre manière de penser, à nous les Français!
    Ne soyons pas étonnés, après cela, que tant de lois contraires à l'Evangile parviennent à entrer dans notre pays !
    En effet, nous ne sommes même pas capables de nous entendre et d'organiser la prière pour repousser le mauvais temps ! Alors, comment pourrions-nous être capables de nous entendre et d'organiser la prière pour repousser les mauvaises lois ??
        
    Ciel
    En contemplant le ciel... (19/02/14)
    Notre vraie demeure n’est pas ici-bas. Elle est au ciel. Oui, le ciel est le lieu où se trouve notre véritable maison. Celle que rien ne pourra détruire. Celle d'où personne ne pourra jamais nous chasser. Celle où chaque être humain pourra habiter dans la paix, et ce pour l’éternité.
    Quand nous contemplons le ciel, c’est donc un peu comme si nous nous trouvions devant la vitrine d'une grande agence immobilière !
    A Medjugorje, la Vierge Marie ne cesse de rappeler à nos cœurs endurcis ce que nous devons faire pour aller au Ciel. Elle ne nous parle pas de prix au mètre carré. Elle ne nous parle pas non plus de taux d’intérêt ou de délais de paiement. Non.
    Elle nous dit simplement : "Que le jeûne et la prière soient l'étoile qui vous guide" (le 02/03/07).
    Ces paroles sont extraordinaires. Absolument incroyables. En effet, en ces temps de crise économique où un très grand nombre de personnes ont du mal à trouver un logement ou à payer leur loyer, les mots de la Mère de Dieu viennent réveiller en nous l’espérance, et ce en nous rappelant ce que sont vraiment le jeûne et la prière : des moyens offerts à tous pour accéder gratuitement à la propriété !
         
    Ordi
    Jardins (04/06/13)
    Imaginez un jardin public qui aurait la profondeur d'un jardin secret. Imaginez un jardin secret qui aurait la grandeur d'un jardin public. Ce serait-là deux très beaux jardins, n'est-ce pas ? Et bien, sachez qu'il en existe actuellement des millions à travers le monde. On les appelle... des blogs !
        
    Mer
    Regarder la mer, c'est regarder le ciel
    (25/05/13)
    Regarder la mer, Seigneur, c'est regarder le ciel. La mer est le miroir du ciel. Elle est ce lieu extraordinaire où le ciel nous renvoie en permanence son image, rendant ainsi nos chances de l'oublier beaucoup plus minces. La mer, Seigneur, c'est le ciel sur la terre !
    Lorsqu'en méditant nous portons nos regards vers l'horizon, là où la mer et le ciel se rejoignent et se fondent l'un dans l'autre au point de ne faire plus qu'un, il nous apparaît très clairement que la mer remplit l'une des missions les plus nobles qui soit ici-bas : celle d'opérer un rapprochement entre ce qui est petit et ce qui est grand, entre l'homme et ce qui le dépasse, entre la création et le Créateur.
    Et là, en sentant que la vie terrestre et la vie céleste sont comme "imbriquées" l'une dans l'autre, une joie très vive nous saisit. Ah, Seigneur, quel bonheur de pouvoir sentir que nager c'est voler dans l'eau, et que voler c'est nager dans l'air !
    Seigneur, nous voudrions Te remercier pour la noble mission que tu as confiée à notre sœur la mer. En voyant à quel point les hommes sont prompts à T'oublier, sur cette terre, il ne fait aucun doute que cette mission si importante durera encore longtemps et qu'elle ne pourra s'arrêter que lorsque la terre aura complètement disparu et qu'il n'y aura plus que le Ciel qui restera.
    Ainsi qu'il est écrit dans le livre de l'Apocalypse : "Puis je vis un ciel nouveau et une terre nouvelle - car le premier ciel et la première terre ont disparu, et de mer, il n'y en a plus" (Apocalypse 21, 1-8).
        
    Hiver
    Neige blanche et fumée noire (12/03/13)
    Nous sommes le 12 mars 2013. Tandis qu'une grande partie de la France est paralysée par la neige, nos cardinaux entrent en Conclave pour élire le prochain Pape. Mon Dieu, comme c'est étonnant ! En ce temps de conversion qu'est le Carême, on a l'impression que les Français ont tous les yeux levés vers le ciel ! Quel temps fera-t-il demain ? Qui va nous "ouvrir le chemin" pour que nous puissions enfin arriver à destination ?
    Oui, en ce temps de conversion, nous attendons avec impatience que les routes blanches redeviennent noires... mais nous attendons aussi et surtout que la fumée noire devienne blanche !
        
    Nuit
    Espérance
    (24/02/13)
    Même lorsque la nuit est profonde et que l'on n'y voit plus rien, il arrive toujours que de petits rayons de soleil apparaissent à l'horizon de notre âme. Ces rayons sont parfois si brefs et si faibles qu'ils ne parviennent pas, à eux seuls, à chasser les ténèbres.
    Mais lorsque l'Espérance est présente dans cet "écrin de chair" qu'est le cœur humain, alors, telle une "pierre précieuse", Elle capte la lumière du plus petit rayon et, grâce à Ses multiples facettes, Elle renvoie cette lumière partout au-dedans de nous, si bien que notre cœur brille de mille feux et ne peut s'empêcher de danser. Et c'est ainsi qu'à l'intérieur de l'homme, grâce à l'Espérance, les crépuscules se changent en aurores.
        
    Sommet
    Ascension (17/02/13)
    C'est avec une simple corde qu'un alpiniste parvient à vaincre tous les dangers qu'il rencontre lors de l'ascension d'une haute montagne : falaises abruptes, parois vertigineuses, crevasses et gouffres abyssaux, positions instables et situations angoissantes...
    De la même façon, lors de la longue et difficile ascension intérieure qui conduit jusqu'à la sainteté, la vie spirituelle d'un chrétien ne tient souvent "qu'à un fil" : le fil du Rosaire !
        
    Jeûne
    Cerf-volant (06/02/13)
    Quand on jeûne au pain et à l'eau pendant 9 jours, une grâce très forte de Dieu nous accompagne tout au long de la neuvaine.
    Cette grâce est d'autant plus forte que l'on n'a pas le secours de la nourriture pour nous donner de l'énergie et nous permettre de vivre normalement, comme les autres jours.
    Pendant ces neuvaines, le sentiment que l'on ne dépend que de Dieu - et que l'on ne peut tenir que grâce à Lui - peut-être particulièrement intense.
    A tel point que l'on peut parfois avoir l'impression de ressembler à un
    cerf-volant qui n'a besoin que de la force du vent pour rester en l'air. Quel sentiment de liberté extraordinaire !
    Ah, Seigneur ! Puissent les hommes comprendre un jour toute l'importance et toute la beauté des neuvaines de jeûne !
    Oui, puissent des millions de "cerfs-volants" s'élever dans les airs, tout autour de la planète, de telle sorte que les personnes qui n'ont pas encore connu l'amour de Dieu puissent découvrir, simplement en levant les yeux, que la foi existe et que le ciel n'est pas vide !
        
    Automne
    Paysages de montagnes (10/10/12)
    "Chers enfants, quand vous regardez dans la nature la richesse des couleurs que le Tout-Puissant vous donne (...), priez pour tout le bien que vous avez (...) et aspirez aux choses du Ciel" (Medjugorje, le 25 septembre 2012).
    Seigneur, comme la création est belle en ce mois d'octobre. Comme les couleurs sont riches ! Comme les montagnes qui se découpent dans le ciel d'automne sont hautes et majestueuses ! Elles sont impressionnantes et on se sent petits face à elles ! Elles sont nées bien avant nous et elles seront là bien après nous...
    Et pourtant, l'homme est loin d'être insignifiant dans l'immensité de l'univers.
    Seigneur, en nous aussi il y a une montagne à gravir, une vocation à accomplir. En nous aussi il y a un sentier étroit et escarpé qui conduit jusqu'au sommet. En nous aussi il y a des fleurs qui bordent le chemin et rendent la marche plus agréable : la foi, l'espérance, la charité... En nous aussi il y a des ronces et des branchages que nous devons couper ou enjamber pour continuer notre route.
    Seigneur, les hauts sommets du monde ont leurs neiges "éternelles", mais la montagne qui se trouve à l'intérieur de nous est également recouverte d'une belle aube blanche : celle de la sainteté qui ouvre les portes de l'éternité bienheureuse.
    Tous ceux qui ont laissé la pureté et l'humilité les façonner, en chemin, pourront revêtir cette aube un jour.
    Ah, quelle chose extraordinaire que l'amitié avec Dieu ! Ce lien précieux fait que nous ne sommes pas rien au coeur de la création.
    En regardant dans ce miroir qu'est la nature, l'homme qui s'efforce de marcher vers la sainteté sent progressivement la force des merveilles qui l'entourent entrer en lui, car il comprend de mieux en mieux que le véritable "sommet de la création", c'est l'homme lui-même !
        
    Homme
    La fragilité de l'homme (08/10/12)
    L'homme a souvent de grands rêves, de grands projets, de grands désirs, de grandes idées, de grands desseins, de grandes ambitions, une grande détermination (si grands qu'ils retentissent parfois aux quatre coins du monde !)... et il suffit d'un tout petit microbe, d'un tout petit virus, d'une toute petite bactérie, d'un tout petit germe (si petit que l'on ne peut absolument pas le voir à l'œil nu !)... pour que tout s'effondre et que l'homme se retrouve allongé sur un lit.
        
    Météo
    Bulletin météo pour l'ensemble du monde (avec prévisions sur 10 ans) (14/09/12)
    Au niveau de la météo, les choses ne vont pas très fort dans le monde actuellement :
    Tandis que la pollution (fumées d'usines, aérosols...) a un effet négatif sur la couche d'Ozone et entraîne un réchauffement de la planète, une autre forme de pollution (athéisme, immoralité...) a un effet négatif sur l'âme humaine et entraîne un refroidissement du cœur.
    Si la température extérieure (celle de l'air) continue de monter et si la température intérieure (celle de l'homme) continue de descendre, alors le monde va ressembler de plus en plus à l'Enfer (fournaise au-dehors, froid glacial au-dedans).
    Par contre, si les hommes parviennent à inverser la tendance (c'est-à-dire s'ils arrivent à faire baisser la température extérieure et à faire monter la température intérieure), alors ce sera le Paradis sur la Terre (temps agréable au-dehors, chaleur très intense au-dedans) !
        
    Neige
    La neige de l'Avent (01/12/10)
    Le relief est apaisant. Les lignes sont douces. Les angles aigus ont disparus. Il n'y a plus de creux, il n'y a plus de bosses. Plus rien, dans le décor, ne choque le regard depuis que la nature a revêtu sa grande aube blanche.
    Comment ne pas voir qu'il existe une correspondance entre ce beau paysage d'Avent et les paroles de Saint Jean-Baptiste : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route ?
    Oui, comment ne pas sentir que la Création tout entière nous appelle, elle aussi, à aplanir les montagnes de notre orgueil et à combler les ravins de notre faiblesse, et ceci en revêtant à nouveau la pureté et la blancheur de notre baptême ?
        
    Soleil
    Frère soleil et la fin du monde (26/11/09)
    Dans l'Evangile, Jésus nous a dit quels étaient les signes qui annonceraient la fin de ce monde : "En ces temps-là, après une terrible détresse, le soleil s'obscurcira et la lune perdra de son éclat. Les étoiles tomberont du ciel, et les puissances célestes seront ébranlées" (Mc 13, 24).
    Frère soleil, chaque matin je te vois te lever.
    Comme tu es beau ! Ton éclat est toujours le même !
    En voyant la nuit disparaître peu à peu sous ton action, je me dis que ta vocation n'est pas seulement de chasser les ombres de la nature, mais aussi les ombres de l'esprit.
    En effet, en apparaissant si majestueux et si lumineux dans le ciel, tu contredis de la plus belle des façons tous les faux prophètes qui voudraient nous faire croire que la fin du monde est pour aujourd'hui.
        
    Montagne
    Le Mont Blanc dans l'âme
    Nous sommes en décembre. Il fait nuit noire. Il doit être à peu près une heure du matin. Je suis là, allongé sur un lit, dans un chalet de Montagne, au pied du plus haut sommet d'Europe.
    Les volets sont fermés et la lampe de la chambre est éteinte. Pourtant, je n'arrive pas à dormir. En moi, il y a trop de clarté.
    Comment pourrais-je trouver le sommeil avec une lumière aussi vive, à l'intérieur ?
    Il faut dire que j'ai passé une bonne partie de la journée à contempler le Mont Blanc, depuis le petit sentier qui longe le chalet.
    La neige était si blanche et le ciel était si bleu que l'image de la montagne s'est littéralement imprimée dans mon esprit.
    Maintenant, même en fermant les yeux, j'ai l'impression de revoir le Mont Blanc comme s'il se trouvait en face de moi.
    Dans ma tête, ses contours se dessinent avec un relief saisissant. Il me semble qu'il me suffirait de tendre les bras pour le toucher.
    J'ai beau essayer de songer à autre chose, l'empreinte ne disparaît pas et elle ramène à elle toutes mes pensées.
    Le même phénomène s'était produit, quelques années auparavant, à Rome.
    C'était une nuit d'été. La veille du 15 août. Dans ma chambre d'hôtel, je ne parvenais pas à fermer l'œil car je revoyais dans mon esprit la place de la République : si claire, si belle, si propre, si lumineuse... Je m'en souviens comme si c'était hier.
    En repensant à cela, je me dis que ce serait formidable si la même chose pouvait se produire dans la vie de foi.
    Oui, ce serait vraiment fabuleux si nous, les chrétiens, parvenions à regarder Dieu avec une telle intensité (dans le Saint Sacrement, par exemple) que Sa lumière finisse par habiter et briller en nous, même au cœur de la nuit !
    Ah, si nous parvenions à faire cela, les ténèbres n'auraient plus jamais de prise sur nous-mêmes, sur nos familles, sur nos paroisses, sur nos diocèses... et, peu à peu, c'est l'Eglise tout entière qui pourrait se régénérer et montrer au monde ce qu'elle est en vérité : un gigantesque vaisseau de lumière !
        
    Homme
    Premiers pas dans la découverte des origines de l'homme
    Lorsque j'étais un tout jeune enfant - c'est-à-dire vers l'âge de cinq ou six ans - je croyais dur comme fer que l'homme venait du poisson. Oui, je m'imaginais que quand des parents voulaient avoir un enfant, ils se rendaient chez un poissonnier et que ce dernier leur remettait une "boîte de poisson" qu'ils déposaient dans leur réfrigérateur et que, peu à peu, elle se transformait en un bébé.
    Si j'ai longtemps cru cela, c'est tout simplement parce que quand je posais à ma mère des questions du type : "Quand est-ce que tu as fait la connaissance de telle ou telle personne ?" ou bien "Quand est-ce que tel ou tel événement s'est passé ?", ma mère me répondait souvent la chose suivante : "C'était il y a longtemps. T'étais pas né"
    Ah, chers amis internautes ! Si vous saviez comme elle a pu me fasciner - et si vous saviez comme elle a pu nourrir mon imagination - cette période étrange et mystérieuse où j'étais "pané" !
        
    Etoiles
    Poussière du ciel  
    e ne sais pas si vous étiez au courant, mais, il y a quelques années, des scientifiques ont réussi à montrer que la terre recevait chaque jour entre 400 et 1500 tonnes de poussière venue de l'espace, soit une moyenne quotidienne de 950 tonnes (source : le tome 2 du "Manuel des Castors Juniors", de Walt Disney) (oui, je sais, ce n'est pas ce qu'il y a de mieux en matière de science, mais il y a des moments où cela fait du bien de retrouver les ouvrages de son enfance !). 
    En lisant ces chiffres, je me suis dit qu'il avait fallu que les observateurs soient vraiment très très très avertis pour en arriver à de telles conclusions.
    En effet, c'est à peine si, nous-mêmes, nous remarquons une feuille morte qui tombe d'un arbre en automne ! Alors, vous imaginez l'attention qu'il faut avoir pour mesurer une quantité de poussière !!
    En même temps, je me suis dit – et ce avec un certain regret - qu'il était vraiment dommage que ces mêmes scientifiques n'aient pas vu que, chaque semaine, environ 1000 tonnes d'une "substance divine" (si l'on peut dire) tombaient directement du Paradis jusque sur la terre ! Et oui ! Cela vous surprend, chers amis internautes ? C'est pourtant bien exact.
    Laissez-moi vous expliquer :
    Sachant qu'il y a sur la planète à peu près 1 milliard de catholiques qui croient tous (enfin, il faut l'espérer !) que Dieu est réellement présent dans une hostie consacrée, sachant également que chaque hostie ne doit pas peser très loin d'1 gramme (c'est peut-être un peu exagéré, mais bref) et que chaque chrétien est tenu de participer à la messe tous les dimanches… alors on en arrive bien à une masse totale de 1000 tonnes d'hosties consacrées qui sont distribuées chaque fin de semaine dans nos églises (1 milliard de grammes = 1 million de kilos = 1000 tonnes) !
    A noter que ni les hosties distribuées en semaine ni celles dont les prêtres se servent au moment de la consécration et de l'élévation ne sont prises en compte dans mon calcul.
    C'est là aussi un chiffre tout à fait considérable !
    C'est pourquoi on peut s'attrister de ce que l'être humain, qui est généralement très fort quand il s'agit d'observer le monde "matériel", ne soit pas toujours aussi fort quand il s'agit d'observer le monde "spirituel".
    Ah ! Mais comme je suis bête ! Oh oui, comme je suis bête !! J'ai complètement oublié de prendre en compte le fait que les chrétiens n'allaient plus à la messe, de nos jours !!
    Ah, quelle erreur de ma part ! Je suis confus, chers amis internautes. Oui, vraiment, je suis confus !
    Si vous me le permettez, j'aimerais m'excuser, notamment auprès de nos amis scientifiques qui, peut-être, sont tombés sur ce message !
    Excusez-moi, vous tous ! Non, en effet, on ne peut pas vous reprocher de ne pas avoir vu ces 1000 tonnes d'hosties... puisque les chrétiens auxquels elles sont destinées sont devenus quasiment invisibles !! Mille fois pardon !!
        
    Vent
    La force du vent d'automne
    Là où j'habite, il n'y a pas beaucoup de vent. Il est certain que le Conseil Général ferait une très mauvaise opération s'il décidait un jour de faire construire des éoliennes pour produire de l'électricité ! Cela ne serait pas rentable du tout.
    Toutefois, j'ai noté que, chaque année, vers la fin du mois de novembre, il y avait de fortes rafales.
    Généralement, elles ne durent pas très longtemps (trois ou quatre jours seulement) mais elles sont suffisamment violentes pour empêcher les gens âgés de sortir de chez eux et d'aller faire leurs courses.
    Récemment, je me suis interrogé sur la raison d'être de ce phénomène.
    En m'efforçant de porter un regard "spirituel" (et non pas "scientifique") sur la question, je me suis dit que ces rafales de vent avaient au moins un avantage pratique : en soufflant fortement dans les branches des arbres, elles dépouillent ces derniers de leurs feuilles mortes (beaucoup plus vite que s'il fallait attendre que les feuilles tombent une par une), et, ainsi, elles contribuent à l'entretien et au renouvellement de la Création.
    En effet, il est beaucoup plus facile pour les jardiniers municipaux, dans les jours qui suivent, de ramasser les feuilles et de les mettre ensuite dans une remorque, puis de les acheminer jusqu'à un incinérateur.
    Après avoir observé cela, une seconde question m'est venue à l'esprit : comment le vent sait-il (lui qui n'est qu'un simple mouvement de l'air) que c'est à ce moment précis de l'année qu'il faut qu'il se mette à souffler ? Oui, comment peut-il savoir (lui qui n'a ni cerveau, ni yeux, ni oreilles…) que c'est vers le mois de novembre que les arbres perdent leurs feuilles et que, par conséquent, c'est à ce moment-là qu'il est bon de les aider à se "dévêtir" ?
    A cette deuxième question je n'ai trouvé qu'une seule réponse : le vent ne pourrait savoir cela si un Esprit Intelligent ne le lui avait suggéré et ne l'avait personnellement envoyé pour accomplir cette mission.
    Je pense que la solution est là. En tous les cas, je ne vois aucune autre explication possible.
    Pour moi, la force du vent d'automne n'est donc rien d'autre qu'une manifestation tangible (extrêmement tangible, même) de l'action du "Dieu-jardinier" (Lui qui, dès les origines du monde, avait demandé à nos premiers parents d'entretenir le jardin d'Eden) qui veille depuis toujours sur sa Création et n'a de cesse de lui prodiguer les soins dont elle a besoin.
    Peut-être faut-il également y voir (c'est même fort probable) une invitation que Dieu nous lance à nous ouvrir entièrement à l'Esprit Saint (à l'instar de la Vierge Marie) et à Le laisser souffler en nous afin qu'Il nous dépouille nous aussi de nos mauvaises habitudes et de nos oripeaux.
    Au moment où nous entrons dans l'Avent et où nous commençons à cheminer vers Noël, une petite "toilette intérieure" ne serait sûrement pas superflue !
        
    Poème
    Ton âme est comme la mer
    (poème)
     
    Ton âme est comme la mer 
    Et tes yeux sont la plage 
    D'où l'on peut l'admirer. 
    Ton âme est un mystère, 
    Il me faudrait des pages 
    Pour te le raconter. 
    Des lumières magiques 
    Jouent au-dessus des flots, 
    Des ombres fantastiques 
    Dansent, là, sur ta peau… 
    Ton âme est comme la mer 
    Scintillant dans le soir,
    Ton âme est un mystère 
    Et je voudrais le boire. 
    Il arrive parfois 
    Qu'une douleur intense, 
    Telle une vague immense, 
    Submerge tes pensées. 
    C'est alors que ton corps
    -
    Ce Calice - se renverse 
    Et que tes grands yeux versent
    Des perles d'eau salée.
          
    Poème
    Tempête intérieure
    (poème)
    Mon corps est comme un vase
    Que Dieu a façonné.
    Mon âme est comme une eau
    Dans ce vase fermé.
    Il arrive souvent,
    Aux jours de mauvais temps,
    Que cette eau soit troublée.
    Elle était si tranquille,
    La voilà agitée,
    Affolée, déchaînée,
    Comme une mer démontée !
    Et le vase, en péril,
    Menace de tomber !!
    Qu'il est doux, Ô Seigneur,
    Aux jours de grands combats,
    D'entrer dans ta demeure
    Et d'écouter ta voix.
    Là, dans cette retraite,
    Priant à nos côtés,
    Tu fais taire la tempête
    Et ramènes la paix !
    L'eau, bercée par le vent,
    Dort alors doucement,
    Et l'homme, dans son coeur,
    Exulte en son Sauveur :
    Mon corps est comme un vase
    Que Dieu a façonné.
    Mon âme est comme une eau
    Que Dieu a libérée !
        
    Iceberg
    L'Eglise est un iceberg !
    Quand on parle de l'Eglise, on pense généralement à "l'Eglise de la terre" (c'est-à-dire : le Pape, les cardinaux, les évêques, les prêtres, les diacres et tout le peuple des baptisés).
    Malheureusement, nous oublions trop souvent que les frontières de l'Eglise dépassent très largement le cadre de notre seule planète pour s'ouvrir aussi aux bienheureux du Paradis ainsi qu'aux âmes du Purgatoire.
    Cela, il est très important de s'en rappeler !
    Comme nous le dit l'article 954 du Catéchisme de l'Eglise Catholique (intitulé "Les trois états de l'Eglise") : En attendant que le Seigneur soit venu dans sa majesté accompagné de tous les anges et que, la mort détruite, tout Lui soit soumis, les uns parmi ses disciples continuent sur terre leur pèlerinage; d'autres, ayant achevé leur vie, se purifient encore; d'autres enfin sont dans la gloire contemplant "dans la pleine lumière, tel qu'il est, le Dieu un en trois personnes".
    Oui, l'Eglise est beaucoup plus large que ce que nous pensons !
    Bien que les estimations concernant la population mondiale soient peu fiables avant l'année 1900, on peut très sérieusement penser que "l'Eglise du Ciel" (le Paradis et le Purgatoire) est beaucoup plus grande que "l'Eglise de la terre".
    En effet, en 1650, on estime qu'il y avait déjà 500 millions d'individus sur la terre.
    Ce chiffre est passé à plus de 6 milliards en l'an 2000 et, aujourd'hui, les Nations Unies tablent sur 8 milliards et demi d'habitants en 2025 !
    Sachant que le nombre d'êtres humains est totalement renouvelé à chaque siècle, et sachant aussi qu'il faut prendre en compte tous les gens qui sont nés (et morts) depuis l'apparition du premier homme sur la terre, on imagine que le nombre de personnes qui sont aujourd'hui soit au Paradis soit au Purgatoire doit être tout à fait considérable (précisons que les damnés, étant privés à tout jamais de la vision béatifique de Dieu, ne font pas partie de l'Eglise).
    Oui, vraiment, l'Eglise est un iceberg !
    Une fois que l'on a réalisé que la partie immergée était beaucoup plus importante que la partie émergée, on se dit qu'il y a au ciel une puissante armée d'intercesseurs à laquelle nous aurions bien tort de ne pas faire appel pour nous aider dans le difficile combat que nous menons ici-bas !
        
    Soleil
    Frère Soleil, témoin privilégié de la puissance de Dieu ! 
    Le Soleil est une gigantesque masse gazeuse bouillonnante située à environ 150 millions de kilomètres de la Terre. Il mesure 1 391 000 kilomètres de diamètre (soit 109 fois plus que notre planète) et pèse à peu près 1 milliard 981 millions de milliards de tonnes (soit 330 000 fois plus que la Terre) ! 
    Et pourtant, le Soleil n'impressionne pas Dieu. Il ne L'intimide pas. Il ne Lui donne pas le vertige. Pas du tout. 
    En surface, sa température avoisine les 6000 °C et, au centre, elle peut atteindre jusqu'à 20 millions de degrés.
    Imaginez un instant ce qui arriverait à une capsule spatiale si elle tentait de s'approcher de cet astre (l'acier fond à 1600°C) !
    Chaque centimètre carré du Soleil émet, à lui seul, 1500 calories par seconde et, sur toute sa superficie, le Soleil produit à chaque seconde une chaleur égale à celle que dégagerait 1 million deux cent mille milliards de tonnes de charbon !!
    Et pourtant, le Soleil ne peut pas brûler - pas même superficiellement - Dieu. Il ne peut Lui faire aucun mal. Il n'a aucun pouvoir sur Lui. Aucun. 
    Si le Soleil en venait à s'éteindre, la Terre, privée de sa lumière et de sa chaleur, se transformerait très vite en un vaste tombeau glacé dans lequel la température chuterait à -250°C.
    Alors, les hommes mourraient et plus rien ne subsisterait, ici-bas. Même l'Eglise - qui a coûté si cher à Dieu - serait totalement anéantie !!!
    Et pourtant, le Soleil n'effraye pas Dieu. Il ne Lui fait pas peur. Il ne le fait pas trembler - absolument pas - et ne L'empêche pas d'être, à chaque instant, tout amour et toute joie.
    Non, malgré l'énergie inouïe et la lumière insoutenable qu'il produit, le Soleil ne peut ni impressionner, ni détruire, ni même troubler Dieu. Pour Ce Dernier, il est aussi inoffensif qu'un ballon d'enfant. Il est simplement un élément de Sa Création.
    Ah, Seigneur ! Et dire que, souvent, nous ne te prions pas avec confiance parce que nous pensons que tu n'es pas assez puissant pour nous aider à surmonter les petits problèmes que nous rencontrons quotidiennement, ici-bas !!!
        
    Univers
    Merci mon Dieu pour l'immensité de l'univers !
    Il y a des gens pour lesquels l'immensité de l'univers est une source d'angoisse. Le fait que l'on ne voit pas les limites du cosmos les inquiète; un peu comme s'il y avait une absence de repères stables et bien définis, dans le monde. Comme si tout l'édifice de la Création reposait sur des bases incertaines et obscures.
    En réfléchissant à cela, on peut se poser la question suivante : l'espace qui nous entoure aurait-il été plus "rassurant" si Dieu l'avait "enfermé" dans une sorte de "coquille", de telle sorte que l'on puisse en voir le "cadre" ? Cela n'est pas sûr du tout !
    En effet, si tel avait été le cas, il est fort vraisemblable que les hommes auraient toujours cherché à percer le secret de cette "cloison" mystérieuse.
    A notre époque, il est même plus que probable qu'ils n'auraient eu de cesse d'envoyer des engins spatiaux en direction de cette "carapace" pour voir de quoi elle était faite et ce qu'il y avait derrière !
    Agglutinés comme des mouches contre une vitre, ils n'auraient pas été plus en paix avec eux-mêmes car ils n'auraient pas évité certaines questions cruciales : qui l'a mise là et pourquoi ?
    A partir de là, on peut se dire que c'est une excellente chose que Dieu ait enveloppé la terre d'un espace infini.
    D'une part, cela rappelle aux hommes qu'il existe, dans le monde, une dimension qui les dépasse et face à laquelle ils sont bien peu de chose (on évite ainsi l'effet de "renfermement").
    D'autre part, cela peut être une invitation à ne pas trop chercher la personne de Dieu dans les étoiles (c'est là un piège dans lequel sont tombées de très nombreuses civilisations, au cours de l'histoire), mais à tourner les yeux vers la terre… et plus particulièrement vers l'intérieur de nous-mêmes.
    Après tout, Celui par qui tout a été fait (c'est à dire Jésus) ne nous a-t-Il pas demandé implicitement de regarder au fond de nous, le jour où il nous a dit : "Demeurez en moi comme moi en vous" ?
        
    Aurore
    A l'aube, le jour chasse la nuit en douceur
    Chaque matin, à l'aube, le jour chasse la nuit en douceur.
    Le soleil ne s'allume pas dans le ciel comme une lampe qui, dès qu'on appuie sur l'interrupteur, brise notre sommeil et interrompt brutalement nos rêves.
    Non, dans la nature, tout se passe lentement, progressivement, sans heurt ni agression.
    D'abord quelques rayons furtifs jaillissent du fond de l'horizon. Puis, délicatement, les étoiles disparaissent pour laisser place aux nuages et au chant des oiseaux.
    Ah, Jésus ! Si nous pouvions comprendre que notre bonheur intérieur (c'est-à-dire notre lien avec Toi) est lui aussi le fruit d'un long processus ! Oui, si seulement nous pouvions comprendre que la clarté n'avance et que les ténèbres ne reculent - en nous - que sous l'action lente et incessante de la prière et de la conversion !
    Si nous saisissions cela, que de progrès nous pourrions accomplir, spirituellement !
    Trop souvent, en effet, nous Te cherchons de la même manière que nous recherchons les biens matériels : nous voulons l'accès direct, l'expérience immédiate, l'illumination instantanée…
    Et comme cela nous est rarement accordé - le plus souvent, en effet, Tu te manifestes dans la durée - nous nous lassons de Te chercher et nous nous détournons de Toi comme si Tu n'existais pas.
    Ah, Jésus ! Si nous pouvions être plus patients et plus persévérants, et si seulement nous pouvions accepter de Te laisser agir en nous comme le soleil levant agit avec la nuit, alors l'aube de Dieu ne serait pas loin de se lever dans les cœurs !


  • Aigle
    >"Je ne suis pas un aigle. J'en ai simplement les yeux et le coeur" (Ste Thérèse de l'Enfant Jésus)
        
    Animaux
    >"Je me sers d'animaux pour instruire les hommes" (Jean de la Fontaine)
        
    Créatures
    >"Il n'est pas de créature qui n'ait reçu l'agreste et doux sourire des Cieux infinis; pas d'être si impur, monstrueux, contrefait, hideux, qu'il n'ait tenu l'immensité du firmament dans ses yeux" (Anthony Blunt)
        
    Langage
    >"C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas" (Victor Hugo)
        
    Lumière
    >"Quand les mystères sont très malins, ils se cachent dans la lumière" (Jean Giono)
        
    Mer
    >"Si vous voulez aller sur la mer sans aucun risque de chavirer, alors, n'achetez pas un bateau : achetez une île !" (Marcel Pagnol)
    >"Les êtres ont la mobilité et l'éphémère durée des vagues; seules les choses qui leur ont servi de témoin sont comme la mer et demeurent immuables" (Edouard Estaunié)
        
    Oiseaux
    >"Tu as fait les oiseaux pour chanter et ils chantent, tu as fait les hommes pour t'aimer et ils ne t'aiment pas" (le curé d'Ars)
        
    Peinture
    >"La peinture, ce n'est pas copier la nature, mais c'est apprendre à travailler comme elle" (Pablo Picasso)
        
    Révélation
    >"La Création est le premier livre de la Révélation que Dieu a confié à l'esprit et au cœur de l'homme" (Jean-Paul II)
        
    Rose
    >"La rose, c'est les dents de lait du soleil" (Malcolm de Chazal)
    >"Ce n'est point parce qu'il y a une rose sur le rosier que l'oiseau s'y pose: c'est parce qu'il y a des pucerons" (Jules Renard)
        
    Soleil
    >"La vérité est comme le soleil. Elle fait tout voir et ne se laisse pas regarder" (Victor Hugo)
        
    Souffrance
    >"Le ver de la souffrance doit se métamorphoser en papillon de joie" (Cardinal Daneels)
        
    Terre
    >"La terre est ronde pour que l'amitié en fit le tour" (P. Pierre Teilhard de Chardin)
        
    Tournesol 
    >"L'amour constant ressemble à la fleur du soleil, qui rend à son déclin, le soir, le même hommage dont elle a, le matin, salué son réveil" (Gérard de Nerval)
        
    Univers
    >"L'infini des Cieux est une gifle à tous les incroyants. Ils n'ont pas 36 solutions : chausser des lunettes noires ou garder les yeux baissés" (F. Olivier Giesbert)


  • Sœur Lune,
        
     
    Comment pourrais-je trouver le sommeil en cette nuit superbe où, silencieuse et immobile, tu apparais si belle, si ronde et si pleine, derrière les branches sombres de mon jardin ?
    Oui, comment pourrais-je dormir alors que tu es là, si haute, si blanche, si pure, si fascinante ?
    La douce clarté qui émane de toi me captive tellement ! Elle donne à ces instants de contemplation un caractère à la fois grave et profondément surnaturel.
    Cela va sûrement te sembler étrange, sœur Lune, mais c'est un peu comme si Jésus lui-même se trouvait là, plus bas sous ma fenêtre, revivant l'agonie de Gethsémani.
    Quel sentiment bouleversant !
          
    Sœur Lune,
        
     
    Tandis que je m'émerveille devant ce rayonnement ineffable qui est le tien, je prends conscience d'une manière toute particulière que la lumière que tu nous envoies ne vient pas de toi.
    Non, tu n'en es pas l'origine.
    En fait, c'est le Soleil qui, depuis l'autre bout de la planète, darde ses rayons dans ta direction. Et toi, tu ne fais que les réfléchir sous une forme un peu moins "aveuglante".
    Cela n'est pas très surprenant dans la mesure où tu n'es qu'une planète entièrement recouverte de cailloux, sœur Lune. Tu n'es pas une étoile ! Aucun éclat ne peut jaillir de toi !
    La clarté que tu nous donnes, tu la reçois de Celui qui, chaque nuit, t'en fait cadeau. La lumière est un bien que tu es incapable de produire par toi-même.
    D'ailleurs, pour que personne ne soit tenté de te placer "au-dessus" de l'Astre du jour, le Soleil n'éclaire souvent qu'une partie de ta face. Ainsi, ne voyant de toi qu'un simple quartier, les hommes de la terre comprennent que ton rayonnement ne vient pas de ton sol.
          
    Sœur Lune,
        
    Si tu savais comme tu me rappelles mon Eglise ! Oui, si tu savais à quel point du me fait penser à la grande famille des enfants de Dieu qui, eux aussi, reçoivent la lumière d'un Autre; cet Autre sans lequel ils ne sont rien.
    Ainsi, par exemple, à travers un prêtre apparemment très simple qui donne le sacrement du pardon dans la pénombre d'un confessionnal, c'est bien la lumineuse miséricorde de Dieu qui jaillit… sous une forme moins aveuglante, elle aussi.
    Ah, sœur Lune ! Comme tu me rappelles mon Eglise !!
    Mais si tu savais également - toi l'Astre du soir qui nous éclaire pendant la nuit - à quel point il est dur de constater que les chrétiens d'aujourd'hui oublient de porter leur regard vers Celui-là seul qui pourrait transfigurer tout leur être.
    Oui, comme cela peut faire souffrir de les voir se perdre dans des choses matérielles !
    Si seulement ils pouvaient sortir du tourbillon dans lequel ils sont prisonniers et revenir à l'intériorité !
    Si seulement ils pouvaient demeurer exposés à la lumière de Dieu, de la même façon que toi, sœur Lune, tu t'offres sans cesse à celle du Soleil !
    S'ils acceptaient de prendre ce chemin, il est certain que l'Eglise tout entière grandirait en éclat et en beauté.
    Et je crois bien, alors, que les hommes de toutes les nations du monde se sentiraient "aimantés" à elle.
    Un peu comme moi, en cette nuit, sœur Lune, je me sens "aimanté" à toi.


  • Mon Dieu, lorsque je regarde le ciel, il m'arrive parfois de me demander pourquoi Tu lui as donné la couleur bleue.
    Dans ces moments-là, pour tenter de trouver une réponse à ma question, j'essaye de pénétrer les pensées qui étaient les Tiennes au moment où Tu as créé le monde.
        
    Tu aurais pu créer le ciel jaune…
    Mais c'était déjà la couleur du soleil. Et ce dernier aurait été moins visible si l'espace qui l'entourait avait été de la même couleur que lui.
    Or, il était nécessaire que le plus grand astre de l'univers puisse se détacher du reste.
    En effet, dans la symbolique chrétienne, le soleil Te représente, mon Dieu. Sa place centrale devait donc être mise en évidence.
        
    Tu aurais pu le créer rouge…
    Mais comment le ciel, qui est le lieu de la joie, de l'amour et du bonheur éternels, pouvait-il avoir la couleur du sacrifice ?
    Le rouge, mon Dieu, semble plutôt destiné à la terre.
    En effet, c'est la couleur de la Passion. Celle de Ton Fils, et, aussi, celle de Tes saints martyrs.
    Au ciel, par contre, tout est paix, tout est pureté. Il n'y a pas de violence.
    Le rouge n'était donc pas la couleur qui pouvait nous rappeler le mieux cette virginité originelle.
        
    Tu aurais pu le créer orange…
    Cela aurait été très beau, c'est certain. On aurait eu l'impression qu'un gigantesque "incendie d'amour" embrasait tout, au-dessus de nos têtes.
    Mais peut-être as-Tu voulu quelque chose de plus doux, de plus reposant, de plus apaisant, pour l'homme.
    C'est pourquoi la couleur orange n'apparaît que très rarement, dans le ciel.
    Généralement, c'est au lever ou au coucher du soleil; et seuls ceux qui gardent leur lampe allumée peuvent assister à ce spectacle féerique !
        
    Tu aurais pu le créer vert…
    Cependant, dans Ton infinie sagesse qu'aucune créature ne pourra jamais pénétrer, Tu as préféré réserver cette couleur aux pâturages.
        
    Tu aurais pu le créer violet…
    Cela t'aurait également été possible. Mais peut-être était-ce là une teinte un peu trop sombre qui n'aurait pas permis à la terre d'être suffisamment "lumineuse".
    Peut-être même notre chère planète nous aurait-elle semblé "endeuillée", sous un ciel violet.
    Or, Toi, mon Dieu, Tu souhaites que nous vivions dans la joie notre temps d'exil ici-bas.
        
    Tu aurais pu le créer marron…
    Toutefois, Tu as choisi là encore de réserver cette couleur à d'autres éléments de Ta création : la terre, les déserts, les rochers, les montagnes… Les couleurs sombres, mon Dieu, Tu T'en sers généralement pour le monde dans lequel nous vivons.
    Et s'il est vrai que, la nuit, Tu permets quand même que le ciel soit noir, c'est uniquement parce que cela fait apparaître la lune et les étoiles grâce auxquelles les voyageurs que nous sommes peuvent s'orienter.
        
    Tu aurais pu également le créer blanc...
    Mais si tel avait été le cas, mon Dieu, comment aurions-nous pu voir les nuages ? Cela nous aurait été totalement impossible !
    Et pourtant, les nuages jouent un rôle essentiel, dans nos vies !
    En effet, ils stimulent notre imagination en faisant défiler devant nos yeux ébahis des formes toutes plus incroyables les unes que les autres.
    Non, vraiment, il fallait que l'homme puisse voir les nuages pour apprendre à rêver. Cela était nécessaire !
        
    Mon Dieu, dans Ton infinie sagesse, Tu as donc voulu que le ciel soit bleu.
    S'il en a été ainsi, ce n'est sûrement pas parce qu'il ne Te restait plus aucune couleur sur Ta palette d'artiste. Oh, sûrement pas !
    Tu es tellement grand et tellement puissant que Tu aurais pu inventer beaucoup d'autres nuances ! Beaucoup d'autres encore !!
    Alors, pourquoi bleu ?
    Peut-être est-ce tout simplement parce que Tu as voulu que le voile qui enveloppe la terre ait la couleur des yeux de Ta Mère.
    Ainsi, Tu savais que tu pourrais rappeler aux hommes de toutes les générations qu'ils sont en chemin, ici-bas, et que, pendant ce temps souvent douloureux qui doit les conduire à la sainteté, une Mère aimante les couve sans cesse du regard; une Mère qui n'a d'autre désir que celui de les enfanter spirituellement dans son sein.


  • Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde (24/06/09)
    Je me suis souvent demandé pourquoi Jésus était toujours comparé à un agneau plutôt qu'à un cheval, un cerf, un aigle ou un lion.
    En observant attentivement des moutons, j'ai trouvé un élément de réponse.
    En fait, les moutons ont ceci de particulier qui les distingue de beaucoup d'autres animaux (les chats, les chiens...) : ils n'attaquent jamais. Non, ils n'attaquent ni les autres animaux ni les autres moutons. On ne les voit jamais se battre entre eux.
    Le mouton est un animal extrêmement doux et paisible. Il ne provoque pas. Il ne cherche pas à s'imposer et à conquérir des territoires. Il passe son temps à brouter de l'herbe.
    Il faut dire qu'étant dépourvu de griffes et de crocs, il ne possède rien pour attaquer. C'est un animal que je qualifierais même de fuyant.
    En effet, le moindre bruit le met en alerte et le fait partir brouter plus loin.
    A partir du moment où il ne cherche le conflit avec personne, il est clair qu'il ne peut causer de tort à personne. Et à partir du moment où il ne cause de tort à personne, on ne peut l'accuser de quoi que ce soit. Il n'est coupable de rien.
    A ce sujet, j'ajoute qu'il se dégage de lui - notamment dans son regard - une très grande innocence.
    Je pense que c'est là, surtout, que se situe le lien avec le Christ.
        
    Le moustique et le virus du SIDA (10/03/08)
    Il y a quelques semaines, j'ai assisté à une conférence passionnante du professeur Réthoré (qui est membre de l'Académie Nationale de Médecine ainsi que de l'Institut Jérôme Lejeune).
    Au cours de la conférence, le professeur a attiré notre attention sur le fait que le moustique a une particularité très étonnante que l'homme ne possède pas. Cette particularité est la suivante : quand un moustique pique une personne qui est atteinte du SIDA, il ne contracte pas la maladie. C'est étonnant, non ?
    De plus, quand il pique ensuite une personne qui n'a pas le SIDA, il ne lui transmet pas la maladie. Quelle chose incroyable, vous ne trouvez pas ?
    Chers amis internautes, si vous le voulez bien, prenons quelques secondes pour imaginer les ravages considérables que le moustique pourrait faire, à travers le monde, s'il transmettait le virus du SIDA en piquant les gens.
    Combien y aurait-il de morts, alors ? Des dizaines de millions ? Des centaines de millions ? Des milliards ? Pensons à cela pendant quelques instants, et remercions Dieu d'avoir créé le moustique tel qu'il est.
        
    La Mère de Dieu et les dauphins (11/02/08)
    Dans le superbe film de Niels Tavernier "L'Odyssée de la vie" (2005), il est dit que les dauphins, grâce à leur sonar, sont capables de détecter la présence d'un enfant dans le ventre d'une femme enceinte.
    Je trouve que c'est là quelque chose de tout à fait extraordinaire !
    Cela va peut-être vous sembler un peu bête, mais il y a des moments où je me demande si ces mêmes dauphins seraient en mesure de détecter la présence de la Vierge Marie lors d'une apparition.
    Si, par exemple, la voyante Marija recevait l'une de ses apparitions mensuelles sur le bord de la piscine d'un parc aquatique, quelle serait alors la réaction des dauphins ? Deviendraient-ils plus "agités", plus "excités", ou bien plus "calmes" ? Chercheraient-ils à s'approcher de la voyante ? Voudraient-ils jouer ? Emettraient-ils des sons particuliers ?
    J'avoue qu'il y a des jours où je serais vraiment très curieux de connaître la réponse à cette question.
    En effet, une telle expérience pourrait peut-être aider l'Eglise à avancer vers une reconnaissance de Medjugorje ! Qui sait...
        
    Frère escargot, au moins 25 fois plus rapide que l'homme !  
    La pointe sud-est de la France (qui correspond en gros à la ville de Menton) et le petit village de Medjugorje sont distants d'environ 800 kilomètres (ce qui équivaut à 80 millions de centimètres).
    Sachant qu'un escargot en pleine forme peut parcourir jusqu'à 100 mètres par heure - soit 10 000 centimètres – (sa vitesse étant alors de 2,78 centimètres par seconde), il faudrait au mollusque un peu plus de 333 jours pour rejoindre le sanctuaire de la Gospa (et ceci sans prendre de repos et sans faiblir), soit presque un an !
    Ah, Seigneur ! Et dire qu'en 25 années d'apparitions, certains êtres humains ne se sont pas rapprochés de Medjugorje d'un millimètre ! Pas même en pensée !!
         
    Sœur abeille évoque la douceur et la douleur
    Sœur abeille, pendant longtemps je me suis demandé comment il était possible qu'une créature de Dieu évoque autant la douceur (je fais ici allusion au miel) et, en même temps, la douleur (je fais ici allusion au dard et aux piqûres).
    Oui, pourquoi ces deux sentiments apparemment opposés que sont la douceur et la douleur s'expriment-ils tous les deux à travers toi ?
    Un jour, en réfléchissant à cette question, j'ai repensé à la terre que Dieu avait promis de donner aux Pères de l'Ancien Testament ("Un pays ruisselant de lait et de miel"), et je me suis également souvenu des souffrances que Jésus avait dû subir pour ouvrir aux hommes les portes du Paradis (les épines, la Croix, les échardes, les clous…).
    Alors, peu à peu, j'ai réalisé que la joie et la croix étaient intimement liées, ici-bas, et qu'il n'existait pas de bonheur qui ne coûte à l'homme quelques efforts et ne le fasse passer par des tribulations.
    En incarnant à la fois la douceur et la douleur, sœur abeille, c'est un peu cela - me semble-t-il - que tu nous remets en mémoire.
    Oui, je crois que ta mission, sur cette Terre, est de rappeler aux hommes que l'on ne récolte jamais le meilleur sans passer par des difficultés, de la même façon que l'on ne peut pas cueillir une rose sans rencontrer aussi ses épines.

        
    Incroyable revanche du végétal sur l'animal au jardin botanique de Lyon !
    On nous enseigne toujours que l'ordre de la perfection, dans la Création, est le suivant : le minéral, le végétal, l'animal, l'homme et l'ange.
    C'est ainsi que l'herbe recouvre la terre, que les vaches broutent l'herbe, que les hommes mangent les vaches, et que les anges veillent sur les hommes.
    A aucun moment on imaginerait, par exemple, que les hommes puissent être mangés par les vaches, ou bien que les vaches puissent être "ligotées" (si l'on peut dire) puis "avalées" par l'herbe !
    Et bien figurez-vous que ce jour n'est peut-être pas loin ! Surtout si l'on croit - comme beaucoup de scientifiques aujourd'hui - que l'évolution des êtres vivants se fait indépendamment d'une sagesse divine !
    En effet, récemment, au jardin botanique de Lyon, un membre du personnel a remarqué qu'une très mauvaise odeur se dégageait d'une plante carnivore.
    Après avoir écarté les feuilles, il s'est aperçu qu'à l'intérieur de l'une d'entre elle il y avait... une souris !
    Oui, une vraie souris qui se trouvait en état de décomposition !!
    La plante carnivore avait donc réussi à attraper l'animal (Dieu seul sait comment !) et elle était en train de le "digérer" lentement depuis plusieurs jours.
    Il s'agit là, d'après le directeur du jardin, d'un cas unique dans l'histoire.
    D'ailleurs, des scientifiques du monde entier sont immédiatement venus sur place pour observer comment fonctionnait le processus de "digestion".
    L'information a été donnée récemment par France 2.
    Comme quoi, vous voyez, la Nature nous réserve toujours d'énormes surprises !
    Maintenant, on attend plus que de découvrir une variété de terre qui détruirait elle-même les mauvaises herbes de nos jardins (Ô, victoire du minéral sur le végétal !), une poule avec des dents qui aimerait la chair humaine (Ô, victoire de l'animal sur l'homme !), ou, beaucoup plus rare (surtout par les temps qui courent !), un homme complètement détaché des choses matérielles qui vivrait déjà la joie du Ciel et entraînerait dans la louange tous les hommes de la terre et tous les anges du Paradis (Ô, mystère insondable de l'action et de l'amour incommensurable de Dieu qui peut élever l'homme au-dessus des séraphins depuis qu'Il s'est fait chair dans le sein de la Vierge Marie !) !! 

            
    Le rôle très important du moustique dans le plan de salut de Dieu !
    Dieu ne fait jamais rien par hasard, dit-on souvent. Tous les êtres vivants, ici-bas, ont leur raison d'être. Même les plus petits.
    Pendant longtemps, je me suis demandé quel pouvait bien être le rôle spécifique du moustique dans le grand plan de salut de Dieu. Cela n'a pas été facile d'y voir clair.
    En effet, quelle peut bien être l'utilité d'un insecte qui passe ses nuits à piquer l'homme et à l'empêcher de dormir (et notamment dans les périodes les plus chaudes de l'année où le corps de l'homme - étant forcément découvert pendant son sommeil - n'est même plus en mesure de se protéger contre les attaques extérieures) ?
    Oui, quelle "noblesse", quelle "grandeur divine", quel "sens spirituel", peuvent bien se cacher derrière tout cela ?
    Une réponse amusante m'est venue une nuit d'été où, piqué de partout, j'ai fini par allumer ma lampe de chevet pour voir mon agresseur en face et lui déclarer la guerre.
    Ce faisant, j'ai constaté une chose étonnante : attiré par la lumière de l'ampoule, l'insecte a immédiatement cessé de m'attaquer et s'est mis à tourner sans arrêt à l'intérieur de l'abat-jour.
    Sachant que le combat reprendrait immanquablement si j'éteignais la lampe, j'ai compris que Dieu m'appelait à veiller, cette nuit-là. C'est d'ailleurs ce qui nous est demandé dans l'Evangile : "Tenez-vous prêt, car c'est à l'heure que vous ignorez que le Fils de l'homme va venir" (Mt 24, 44), "Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l'heure" (Mt 25, 13)… Jésus lui-même passait des nuits entières à converser avec son Père.
    Je me suis donc mis à prier, devant la croix, et ceci en présentant à Dieu des intentions très diverses : pour qu'Il chasse ce moustique de ma chambre, pour qu'Il me donne la force de surmonter la fatigue du lendemain, pour qu'il y ait la paix dans les familles divisées et les pays en guerre…
    Cet épisode apparemment anodin m'aura donc été très utile.
    Il m'aura notamment permis de comprendre une chose importante : le moustique est un insecte que Dieu a créé pour qu'à la nuit tombée, l'homme "garde sa lampe allumée" ! 

         
    Aquariophilie et spiritualité. Lorsque j'étais étudiant, je m'étais acheté un petit aquarium et trois petits poissons d'ornement pour me tenir compagnie.
    Afin qu'ils ne meurent pas d'asphyxie, j'avais installé une pompe à air et un diffuseur.
    Je me souviens que, le soir, je restais parfois des heures entières en contemplation devant ce merveilleux spectacle sous-marin.
    Comme c'était beau !
    Ce que j'aimais, surtout, c'était les bulles d'air qui sortaient du diffuseur et qui répandaient une douce clarté, dans l'eau.
    Il y avait là quelque chose que je qualifierais volontiers de "surnaturel", et qui me fascinait.
    Cette clarté (ou cette "nuée", si vous préférez), je l'ai revue plusieurs fois, par la suite, et ceci dans des endroits très divers qui n'ont absolument rien à voir avec l'aquariophilie : dans la crypte de Lourdes, dans l'assemblée des fidèles à Medjugorje, dans certains groupes de prière, sur le visage de jeunes qui venaient de recevoir le sacrement de la confirmation ou du mariage, ainsi que sur celui du Pape et de certains saints…
    Oui, à plusieurs reprises il m'est arrivé de retrouver la trace de cette ineffable lumière, et, à chaque fois, ça a été une très grande joie.
    Un jour, en essayant de découvrir quel lien il pouvait bien y avoir entre tous ces endroits et l'aquarium que j'avais quand j'étais étudiant, j'ai finalement compris que le point commun était en réalité l'oxygène.
    Oui : l'oxygène (celui qui est envoyé dans l'eau d'un aquarium par une pompe à air, et celui qui est envoyé dans les âmes par l'Esprit Saint).
    Oui, c'est là une chose absolument merveilleuse : l'Esprit Saint est l'oxygène de l'âme ! Quand Il descend sur la terre, tout s'éclaire !! 

          
    L'incroyable histoire de la religieuse et du petit chat !
    Une amie religieuse de passage dans ma région vient de me raconter une histoire tout à fait extraordinaire.
    Quelques mois après son entrée au couvent, il y a de cela de très nombreuses années, un petit chat tigré a pris l'habitude de venir s'allonger régulièrement sur le rebord de la fenêtre de sa cellule.
    Après l'avoir signalé à la Mère Abbesse, cette dernière lui a donné l'autorisation de s'occuper de lui et de lui apporter quelques restes des repas, le soir.
    Peu à peu, au fil du temps, un lien d'amitié très fort s'est tissé entre la religieuse et l'animal.
    -"Le chat est très contemplatif", affirme-t-elle. "Ce n'est pas comme le chien qui est beaucoup plus extraverti. Le chat, lui, peut rester pendant des heures dans la même position et regarder ce qui se passe autour de lui; un peu comme nous, quand nous sommes devant le Saint Sacrement.
    Aujourd'hui encore, quand je me rends dans le jardin du couvent pour prier devant la statue de la Vierge, le matin, il vient avec moi. C'est incroyable !"
    Environ une dizaine d'années après la première rencontre, la religieuse a dû être opérée d'une hanche.
    Ce qui est vraiment étonnant, c'est que - le même jour - le chat a dû être emmené lui aussi chez le vétérinaire pour un problème de vessie. Une opération très urgente a dû être pratiquée car il ne pouvait absolument plus uriner et il se tordait de douleur.
    C'est ainsi que, chaque soir, depuis sa chambre d'hôpital, notre chère sœur s'est fait un devoir de téléphoner au vétérinaire pour prendre des nouvelles de son petit compagnon à quatre pattes.
    Quelle surprise ce fut, pour elle, d'apprendre que l'animal serait rétabli et qu'il pourrait regagner le monastère… le même jour qu'elle !
    A sa sortie, la sœur se rendit donc chez le vétérinaire pour récupérer "Minou" (tel est, en effet, le nom peu original qu'elle lui avait donné).
    En lui remettant l'animal en pleine santé, il lui dit :
    -"Surtout n'oubliez pas de me le ramener dans huit jours pour que je lui enlève ses points de suture.
    -"Dans huit jours ?" demanda la sœur. C'était là encore le délai que lui avait fixé son chirurgien pour qu'elle revienne à l'hôpital et qu'il lui enlève ses propres points !
    Incroyable, non ?
    Comme quoi, vous voyez, les liens affectifs entre les hommes et les animaux (qui sont des dons que Dieu nous fait pour nous aider à cheminer, ici-bas) peuvent être parfois beaucoup plus étroits que tout ce que l'on peut imaginer !


  • Dans la symbolique chrétienne, le soleil représente Dieu (celui qui éclaire notre vie et que personne ne peut regarder en face). La lune, quant à elle, représente l'Eglise (l'astre du soir qui nous éclaire pendant la nuit).
    La Vierge Marie, pour sa part, est la mère de l'Eglise car elle a accueilli Jésus vraiment pleinement.
        
    Un passage de l'apocalypse, qui est lu pour la messe du 15 août, nous dit ceci : "un signe grandiose parut dans le ciel. Une femme ayant le soleil pour manteau, la lune sous ses pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles".
        
    A partir de là, il nous est possible de contempler une éclipse solaire ainsi:
        
    1-Pendant les quelques secondes d'éclipse totale (c'est à dire quand il fait nuit noire), c'est un peu comme à la mort de Jésus sur la croix ("Il fit nuit sur toute la terre").
        
    2-Juste après l'éclipse totale, quand le soleil darde ses premiers rayons autour de la lune, c'est un peu comme à la résurrection (la lumière jaillit derrière la pierre du tombeau).
    De plus, "l'écran" formé par la lune permettant aux gens de regarder le soleil sans lunettes de protection, on peut dire aussi que la lune nous rappelle alors l'Eglise (dont Marie est la Mère) qui, par ses sacrements, permet à chacun de nous de recevoir Dieu de manière réelle mais douce (c'est à dire sans être "anéantis" sur le champ).
        
    3-Puis, enfin, quand la lune commence à se séparer du soleil et qu'apparaît ce que l'on appelle "l'anneau de diamant", on peut songer à l'alliance entre Dieu et son peuple par le moyen de l'Eglise.
    On a l'impression qu'en tendant un tout petit peu la main, on pourrait presque mettre son doigt dedans !


  • "Observez les lis des champs comme ils poussent : ils ne peinent ni ne filent.
    Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire,
    n'a pas été vêtu comme l'un d'eux".
    (Matthieu, chapitre 6)


    LA NATURE
         
    Mon Dieu, en contemplant ta création qui s'éveille, ce matin, je me rends compte à quel point elle reçoit tout de toi.
    Rien de ce qui lui est donné‚ ne lui vient d'un autre que toi.
      
    Et je prends également conscience, en l'observant attentivement sortir de son sommeil, à quel point elle est docile entre tes mains.
     
    Oui, Seigneur. Elle semble t'être totalement soumise.
      
    Lorsque, par exemple, tu lui envoies du haut du Ciel ta rosée pour la rafraichir avant que le soleil ne darde ses premiers rayons, alors c'est elle tout entière qui reçoit cette rosée.
        
    Il n'est pas une feuille, pas une fleur, pas même un brin d'herbe (fut-il minuscule !) qui n'en soit empreint.
        
    De mémoire de brin d'herbe, Seigneur, on n'a jamais entendu l'un d'entre eux dire :
    -"Aujourd'hui je ne souhaite pas que les gouttes de rosée perlent le long de mon corps ! Je veux rester sec !"
        
    Non, Seigneur, on ne l'a jamais entendu dire !
        
    De la même façon, lorsque les premiers rayons de soleil percent à travers la brume matinale, alors ce sont bien toutes les fleurs du jardin qui, peu à peu, commencent à lui ouvrir leurs pétales.
    Oui, toutes !
    De mémoire de rose, Seigneur, on n'a jamais entendu l'une d'entre elles dire :
    -"Ce matin, que le soleil ne vienne pas me réveiller ! Je souhaite rester fermée pour la journée !"
    Non, Seigneur, cela non plus, on ne l'a jamais entendu dire !
        
    La fleur obéit au soleil de manière absolument parfaite et si, par le plus étrange des hasards, ce dernier en venait à s'arrêter au début de son arc et restait pour ainsi dire "figé dans le ciel", alors la fleur cesserait immédiatement de s'ouvrir et elle attendrait qu'il reprenne sa course pour poursuivre ses longs étirements.
     
    Oui, Seigneur, ta création est docile entre tes mains !
    En tous points, elle t'est assujettie.
        
    Ainsi, chaque matin, et ceci de manière invariable, Elle reçoit de toi tout ce dont elle a besoin pour se renouveler et CROITRE.
        
    De jour en jour, lentement, sous l'action sans cesse répétée de l'eau et du soleil, elle se pare de couleurs plus vives et plus riches, d'atours plus somptueux...et, de cette façon, chaque élément qui la compose peut remplir progressivement la mission que tu lui as assignée et pour laquelle tu l'as créé.
        
    Ainsi la vigne, arrivée à maturité, finira immanquablement par donner du raisin qui lui même permettra d'obtenir le vin.
    L'arbre fruitier, lui, produira inévitablement les fruits que tu lui as demandé de porter : des pommes, des cerises, des figues ou bien des noix...
    Les coquelicots, eux, finiront forcément par devenir rouges, et les bleuets bleus...chacun répandant dans l'air le parfum particulier qui est le sien.
        
    Et rien (absolument rien ni personne) ne pourra entraver la venue et la progression de ce merveilleux processus dont tu es chaque jour le Grand Initiateur, Seigneur.
        
    Oui, chaque élément accompli au sein de ta création la vocation qui lui est propre.
        
    De mémoire de cerisier, on n'a jamais entendu dire que l'un d'entre eux avait renoncé à être ce qu'il était et avait choisi de devenir, par exemple, de la broussaille ou du chiendent !
    Là encore, non, Seigneur. On ne l'a jamais entendu dire.
        
    Seigneur, avec toi la création est comme de l'argile dans les mains d'un potier !
    Elle ne te résiste pas.
        
    Et lorsque, à certains moments de la journée ou à certaines périodes de l'année, tu fais se lever le vent et que ce dernier commence à souffler sur elle, alors ce sont tous les éléments qui en font partie (sans aucune exception) qui suivent son mouvement.
        
    Le vent soufflera-t-il vers l'Ouest, tous les éléments s'inclineront vers l'Ouest.
    Soufflera-t-il vers l'Est, ils s'inclineront vers l'Est.
    Soufflera-t-il faiblement, alors ils se contenteront de saluer de manière discrète !
    Soufflera-t-il plus fort, voire violemment, alors tous les épis de blé et tous les éléments les plus souples tomberont la face contre terre !!
    Le vent tourbillonnera-t-il, alors ta création tout entière se mettra soudain à danser une véritable farandole !!!
        
    De mémoire d'arbre, Seigneur, on n'a jamais entendu dire que l'un d'entre eux avait un jour refusé d'agiter ses branches au passage du vent !
    Non, Seigneur, cela non plus, on ne l'a jamais entendu dire !
        
    LES HOMMES
        
    Seigneur, en regardant s'ouvrir un à un les volets des immeubles et des maisons où résident les hommes, au loin, je me rends compte à quel point nous, les êtres humains, nous avons besoin de toi nous aussi.   L'univers est tellement immense que l'on s'y sent petit et seul si tu n'es pas là !
        
    Et je prends également conscience, en considérant comment nos journées se passent habituellement, à quel point nous sommes rebels à tes appels.
        
    Oui, Seigneur, nous sommes tous tellement rétifs !
        
    Cela, tu le sais bien puisque c'est toi-même qui veille sur nous depuis ce fameux jour des origines où tu nous as tirés de la terre !
        
    Il faut dire que tu as déposé en chaque être humain, Seigneur, une chose très particulière que la nature, elle, ne possède pas.
        
    Il s'agit de la LIBERTE.
      
    Et c'est là ce qui fait toute la différence !
      
    Lorsque, par exemple, tu fais jaillir dans le monde des sources d'eau vive pour que les hommes puissent aller s'y rafraichir au cours de leur long et difficile pèlerinage terrestre, alors ils ont la possibilité de s'en détourner s'ils le souhaitent !
    Ils peuvent même choisir de se rendre là où les points d'eau sont empoisonnés !
      
    Tous tes enfants, Seigneur, ne vont pas systématiquement s'abreuver dans les Oasis que tu as préparées pour eux !
      
    De mémoire d'homme, Seigneur, on a souvent entendu certains d'entre eux dire : "Choisissons ce qui est mauvais plutôt que ce qui est bon; ce qui est souillé plutôt que ce qui est pur; ce qui est dur plutôt que ce qui est doux !"
    Ou bien : "Préférons les offenses aux mots d'amour; les coups aux carresses; les conflits à la paix".
    Oui, Seigneur, cela, on l'a souvent entendu dire !
        
    De la même façon, lorsque tu envoies sur le genre humain ton ineffable lumière pour l'éclairer dans la longue nuit qu'il traverse ici-bas, alors il a toujours la possibilité de se voiler la face et de préférer les ténèbres à la place, si tel est son bon plaisir !
        
    Qui pourrait l'en empêcher puisque tu l'as voulu libre, Seigneur ?
        
    De mémoire d'homme, on a souvent entendu certains d'entre eux dire : "Choisissons la nuit plutôt que le jour; le mensonge plutôt que la vérité; le mal plutôt que le bien; l'erreur plutôt que ce qui est juste; la mort plutôt que la vie".
    Oui, Seigneur, cela aussi, on l'a très souvent entendu dire !
        
    Contrairement à la nature, Seigneur, tes enfants les hommes n'obéissent pas à tes commandements de manière parfaite.
        
    Et si, à certaines périodes de leur histoire, tu leur fais la grâce de déverser encore plus abondamment tes bienfaits sur la terre qu'ils habitent, alors il se peut très bien que la plupart d'entre eux ne s'en aperçoivent même pas et, de cette façon, ne connaissent pas le temps où tu les as visités!
        
    Oui, Seigneur, les hommes sont très souvent fermés à ta Présence.
    Ils ne te sont pas en tous points soumis.
         
    C'est pourquoi, chaque jour, ils ne savent pas forcément reconnaître, désirer et accueillir les bons aliments dont ils ont besoin pour se régénérer et grandir peu à peu jusqu'à Toi.
        
    Et faute d'avoir bu ton eau pure et mangé ta nourriture saine, ils ne s'épanouissent malheureusement pas toujours de manière harmonieuse.
             
    Ainsi, du haut du Ciel, tu constates avec tristesse que telle personne qui était chère à ton coeur s'éloigne peu à peu de toi et ne dégage plus ta bonne odeur de sainteté.
    Telle âme que tu avais comblée de dons extraordinaires ne produit plus rien et est semblable à un champ en friche.
    Telle autre à laquelle tu avais donné mission de ramener les hommes vers toi...les en détourne.
        
    Non, vraiment : tous les hommes ne laissent pas sur cette terre la trace exacte du rêve d'amour que tu avais sur chacun d'eux au départ, Seigneur.
        
    De mémoire d'homme, on a souvent entendu dire que tel ou tel d'entre eux s'était fourvoyé dans de mauvaises voies, perdu dans des impasses, ou bien attaché à de mauvaises valeurs, ou encore voué à des causes contestables...
    Oui, Seigneur, cela aussi, combien de fois l'a-t-on entendu dire ?!
        
    Et la conséquence de tout cela est que le monde n'a pas toujours le visage que tu voudrais qu'il ait !
    Tu le rêves idéal, Seigneur, mais il est en proie au cahot.
    Tu le rêves en paix, mais il est pratiquement constamment en guerre.
    Tu le rêves guéri, mais il est couvert d'une multitude de blessures qui le font souffrir et l'affaiblissent.
        
    Les hommes te résistent, Seigneur.
    Ils restent sourds à tes suggestions...et la face de la terre s'en trouve défigurée.
        
    Et lorsque, parfois, au sein de cet affreux désordre, tu fais jaillir un puissant Souffle de Pardon et d'Espérance et que tu l'envoies parcourir les rues des villes (ou quelque lieu où se trouvent des hommes), tes enfants ont là encore le pouvoir de rester enfermés chez eux, voire même de marcher à contre courant de ce Souffle s'ils le souhaitent !    Tu leur as donné cette liberté, Seigneur !
    Qui pourrait les arrêter ?
    Le bon sens leur suggèrera-t-il d'écouter telle parole de sagesse...ils pourront fort bien l'ignorer et en écouter une autre !
    La prudence voudra-t-elle qu'ils renoncent à tel projet...qui pourra les empêcher de s'entêter et d'aller contre l'avis de la prudence ?
    Les plus érudits parmi eux leur conseilleront-ils d'emprunter telle route...ils auront la possibilité de se moquer et de prendre un mauvais chemin !
    Multiplieras-tu tes prophètes pour leur redire à nouveau toute l'importance de la conversion et la richesse de ta miséricorde...ils auront tout loisir de les faire taire ou bien de s'en débarrasser !
        
    De mémoire d'homme, Seigneur, on a très souvent entendu dire que certains d'entre eux avaient tentés de faire tomber tes artisans de paix, et, ainsi, d'entraver la marche d'un peuple vers sa liberté ou sa Terre Promise.
        
    Oui, Seigneur, cela également, on l'a très souvent entendu dire !
        
    UNE PRIERE
        
    En ce matin où je contemple avec émerveillement ta création qui s'éveille, Seigneur, et où je vois également tes enfants les hommes s'apprêter à sortir de leur demeure pour aller vaquer à leurs activités, je voudrais te demander trois grâces pour que cette nouvelle journée qui commence soit vraiment profitable.
        
    1-La première concerne la vie sacramentelle.
        
    Je voudrais tout d'abord te demander, Seigneur, de faire qu'aujourd'hui je ne demeure pas insensible à cette EAU VIVE dans laquelle tu m'as baigné peu après ma naissance (un peu comme un cadeau de bienvenue dans le monde des hommes), et qui est celle de mon BAPTEME.
        
    Le baptême, en effet, m'a fait entrer dans la vie chrétienne, Seigneur.
    Et cela est extraordinaire !
    Je n'aurai jamais assez de toute ma vie pour te remercier de m'avoir fait ce don !
        
    De plus, ce sacrement m'a aussi et surtout ouvert les portes de l'EUCHARISTIE qui est le plus grand des sept sacrements dont ton Eglise est la gardienne depuis 2000 ans, et ceci parce que l'hostie qui y est consacrée contient la présence réelle de Ton Fils Jésus.
    Et c'est là une grâce absolument inestimable, car ton Fils EST Dieu.
        
    Je te demande donc d'être fidèle aux promesses de mon baptême, Seigneur, c'est à dire de renoncer au mal et de vivre chaque jour en conformité avec les commandements que ton Fils Jésus nous a donné dans l'évangile.
        
    Pour cela, donne-moi de me fortifier en me nourrissant de Lui le plus souvent possible à la messe.
        
    Et si d'aventure j'en viens à faire des écarts au cours de cette journée, alors donne-moi, s'il te plaît, d'avoir recours au sacrement de RECONCILIATION le plus rapidement possible afin que ce lien précieux qui nous unit soit immédiatement restauré.
        
    Et après avoir avoué mes fautes, Seigneur, donne-moi aussi et surtout de prendre la ferme résolution de changer mes mauvaises habitudes et de ne plus retomber dans mes anciens travers, afin que des progrès réels s'opèrent en cette vie où je marche vers toi.
        
    Comment l'un de tes enfants pourrait-il supporter de demeurer une seule seconde loin de toi, Seigneur ?
        
    2-La deuxième grâce concerne la vie de prière.
        
    Seigneur, je voudrais également te demander, en ce début de journée, de savoir rester ouvert à ta LUMIERE afin que je sois une terre bien préparée et qu'ainsi les sacrements aient une réelle incidence sur ma vie de tous les jours.
        
    Les sacrements, en effet, ne peuvent pas porter du fruit malgré nous, de la même façon que la pluie (même en tombant quarante jours et quarante nuits) ne fera jamais germer et éclore de roses dans un désert !
        
    Donne-moi donc de me préparer à t'accueillir et à grandir en cultivant ce jardin intérieur qu'est mon âme, et ceci en mettant la PRIERE à la première place dans ma vie.
        
    La prière au lever, au coucher, mais aussi la prière avant et après chaque travail que j'effectue, et également la prière du ROSAIRE.    Prier, Seigneur, c'est tourner ses pensées vers toi.
    C'est chercher sans cesse un échange d'amour avec toi.
    Il ne saurait donc y avoir une activité plus noble pour l'homme sur cette terre.
        
    Et afin que cette prière soit plus riche et plus belle de jour en jour, donne-moi également de ne pas omettre de la nourrir par la lecture régulière de ta PAROLE.
    Fais que cette dernière m'inspire, me façonne et devienne jour après jour la Lumière de mes pas.
        
    3-La dernière grâce concerne la conversion.
        
    Je voudrais enfin te demander, Seigneur, d'apprendre peu à peu à M'ABANDONNER à Toi; c'est à dire d'avoir progressivement les mêmes goûts que toi; d'aimer ce que tu aimes; de détester ce que tu détestes; d'aller là où tu vas; de fuir les lieux que tu as en abomination; un peu comme les épis de blé qui ne résistent pas au mouvement du vent.
        
    Et afin de parvenir à redresser ce qui est tordu en moi et à défroisser tous les mauvais plis qui me font m'incliner du mauvais côté, apprends moi à faire de petites mortifications chaque jour et à pratiquer régulièrement le JEUNE ALIMENTAIRE qui habitue petit à petit l'âme et le corps à se départir de leurs mauvaises tendances.
        
    Ainsi, devenant chaque jour plus conforme à ce que tu attends de moi, et étant moins rebel à l'action de ton Esprit Saint, je serai plus à même de remplir la mission que tu m'as confiée sur cette terre.
        
    Oui, Seigneur, donne-moi de M'ASSAGIR et de laisser ta GRACE AGIR.   
    Alors, je cesserai peu à peu d'être cet homme sec et réfractaire que je suis devenu avec les années, et je retrouverai enfin la souplesse et la fraîcheur de mon enfance !
        
    Je deviendrai un homme à l'image de celle que nous vénérons ici-bas comme le plus parfait des êtres créés, et qui est pour nous le plus beau modèle de docilité à ton Esprit qui puisse exister, Seigneur : la VIERGE MARIE.
        
    Elle qui t'a dit un jour les mots les plus doux que tu puisses rêver d'entendre :

    "JE SUIS LA SERVANTE DU SEIGNEUR,
    QU'IL ME SOIT FAIT SELON TA PAROLE".


  • Dans le petit bois qui jouxte le "Village de la Mère" (un lieu de vie où résident des enfants qui ont perdu leurs parents pendant la guerre de Bosnie), il est intéressant de savoir qu'il y a un lieu tout à fait inattendu qui retient toujours l'attention des pèlerins de passage dans le sanctuaire de Medjugorje. Il s'agit du jardin de Saint François.
        
    Ce jardin est un espace très agréable dont le but principal est en fait de répondre à un désir précis que la Vierge a exprimé dans le message mensuel du 25 octobre 1995. Voici le début de ce message : "Chers enfants, aujourd'hui je vous invite à aller dans la nature car là, vous rencontrerez Dieu le Créateur"
        
    Mais pour en savoir un peu plus sur cet endroit original, je vous propose de lire ce petit article passionnant paru sur le site internet de la paroisse de Medjugorje.
        
    1-Le but
    Pourquoi avons-nous besoin de la nature et en particulier d'un jardin avec un espace pour le silence, la prière et la méditation ? Parce que l'homme d'aujourd'hui a perdu son rythme naturel et sa structure propre. Il ne vit plus en contact avec la nature mais s'est laissé envahir par la technique et a cessé d'écouter l'enseignement de la nature. Le bruit extérieur et intérieur est devenu un état normal sans lequel il croit ne plus pouvoir vivre.
    Le jardin, en tant que lieu où il vit en harmonie avec les animaux et les plantes, peut aider l'homme d'aujourd'hui, sorti du tapage, à remettre de l'ordre en lui-même en rencontrant son Créateur à travers la nature.
    Le but de ce jardin est d'aider le visiteur à transformer les "déserts" de sa vie en un "jardin" dans lequel règnerait des rapports justes avec Dieu, les hommes et la nature; et ce dans l'esprit du jardin biblique de l'Eden, de la tradition ecclésiale, de Saint François et des messages de Notre Dame.
        
    2-Un objectif spirituel et méditatif
    Le jardin comme lieu de silence est important pour notre dimension religieuse et spirituelle. Il aide à sortir des bruits et des distractions, et à travers la contemplation de la nature, dans les promenades, la prière et la méditation, à rencontrer le Dieu Créateur.
    Dans ce but, il est prévu de réserver quelques espaces pour la prière et un "chemin biblique" animé de reliefs et de scènes de la Bible.
        
    3-Un objectif écologique
    Le jardin se doit autant que possible d'être propre et naturel. De plus, un programme prévoit l'éveil des consciences à la protection de la nature, indirectement par la contemplation, mais aussi plus directement à travers un enseignement sur les problèmes de dégradation de la nature.
    Dans ce but, est prévu la conception d'un jardin botanique, avec un parcours guidé parmi les plantes aromatiques et la construction d'une maison typique d'Herzégovine présentant les anciennes traditions populaires.
        
    4-Un objectif éducatif
    La nature nous aidera en nous enseignant ses règles de vie et de mort, du combat pour la survie, ses règles de la diversité et de la collaboration. On voudrait faire aborder à tous les visiteurs la dimension du message biblique et des messages de la Vierge qui nous éduquent à un rapport juste avec la nature.
        
    5-Un objectif thérapeutique
    La nature contient en elle-même l'élément thérapeutique : elle nous invite à l'amour, à la paix et à la réconciliation avec tous les hommes. Elle met en évidence les méfaits aveuglants de la publicité, de la culture, de la mode, de la société et développe en nous des sentiments positifs qui assainissent l'esprit, la psyché et le corps humain.
        
    6-Un objectif récréatif
    L'homme d'aujourd'hui a perdu son rythme naturel et, ainsi, se sent de plus en plus souvent perdu et aliéné. Récréatif, du latin "recreare", veut dire rénover la créativité, les capacités de produire une œuvre, revenir au rythme naturel de l'âme et du corps. A cette fin, il est prévu dans le jardin, pour la récréation, des espaces adaptés à tous les âges. (…)
        
    Conclusion
    Nous souhaitons donc modeler le jardin de Saint François afin que chaque visiteur commence à y accomplir l'invitation de la Vierge à entrer dans la nature. Si au cœur des visiteurs naît la joie et la gratitude pour la vie et son Créateur, le but du jardin sera alors réalisé, ce à quoi nous invite la Reine de la Paix : "Aujourd'hui je vous appelle tous à vous réjouir de la vie que Dieu vous a donnée. Petits enfants, réjouissez-vous en Dieu le Créateur car il vous a créés de façon si merveilleuse. Priez pour que votre vie soit un joyeux remerciement qui coule de vos cœurs comme un fleuve de joie".